Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande. Matthieu 5:23-24
  • ACCUEIL
  • QUI SOMMES-NOUS ?
  • NOUS CONTACTER
MARANATHA77 DANS D'AUTRES LANGUES
LE MESSAGE DU JOUR
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Je veux porter le fruit du Seigneur avec abondance
de HENRI VIAUD-MURAT
LA PENSEE DU JOUR
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Une vie providentielle !
Ephésiens 5.27
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
FEMME DE VALEUR
Retour
La jalousie : un poison mortel
de DIVERS AUTEURS
Les ravages causés par la jalousie au sein du Corps de Christ sont des plus destructeurs ; des églises s’entredéchirent, des vies sont entièrement brisées, des couples disloqués, des âmes précieuses quittent l’église et retournent dans le monde.








La jalousie : un poison mortel

 

par Faty Eriollah

Le dictionnaire Larousse décrit la jalousie comme étant ‘’ un dépit envieux ressenti à la vue des avantages d’autrui’’, et lorsqu’il s’agit des sentiments amoureux, ‘’d’un sentiment fondé sur le désir de posséder la personne aimée, et sur la crainte de la perdre au profil d’un rival.’’ Quant à la Bible, elle dépeint la jalousie comme étant ‘’inflexible comme le séjour des morts’’ (Cantique des cantiques 8 : 6)

Les ravages causés par la jalousie au sein du Corps de Christ sont des plus destructeurs ; des églises s’entredéchirent, des vies sont entièrement brisées, des couples disloqués, des âmes précieuses quittent l’église et retournent dans le monde.

Beaucoup en lisant cet article peuvent hausser les épaules et dire machinalement : ‘’ Je ne me sens pas concerné, je ne suis pas de nature jalouse ‘’, mais le fait est que notre nature charnelle n’est pas fiable du tout et doit constamment être sous surveillance. Nous avons tous eu des manques, des frustrations, un besoin affectif non pourvu, ou un passé plus ou moins douloureux, soigneusement assoupi, qu’un rien pourrait éveiller.

Nos gestes, nos mimiques, nos réactions, nous trahissent et révèlent bien souvent ce qui se cache en nous. La façon dont nous disons bonjour à une sœur, lèvres serrées, le visage creux, dénudée de la moindre expression lorsque nous nous attardons sur son élégant tailleur, le regard sévère que nous posons sur un frère au volant de la voiture de nos rêves, l’irritation qui pointe dans notre faux ‘’ Gloire à Dieu !’’ à l’annonce d’un mariage, d’une promotion, ou de quelque autre bienfait dont nous ne sommes pas le destinataire est révélateur d’une jalousie qu’il faut absolument traiter, car elle pourrait finir par nous détruire.

Un problème d’identité

Être jaloux de quelqu’un pour ce qu’il est ou ce qu’il a, c’est nier jusqu’à son droit à l’existence ; car la personne jalouse, rongée par l’orgueil et une estime de soi démesurée, voit d’un mauvais œil les attributs et qualités de l’autre. Nous voyons donc que c’est l’ »être là » de la personne qui est mise en cause, c’est à son identité même que l’on touche ; or Dieu seul s’est arrogé le droit d’attribuer à chacun une identité propre, un caractère propre, des dons et des talents qui lui sont propres, selon son bon plaisir.

Le fait que certains semblent plus avantagés physiquement spirituellement ou matériellement que d’autres, ne veut pas dire que Dieu les préfèrent à d’autres ou qu’ils soient supérieurs car tout ce que Dieu a fait est bon, (à plus forte raison les hommes créés à son image !) mais que leurs capacités, leurs dextérités, leurs talents et leurs dons, leur sont indispensables pour les tâches que Dieu leur a confiées sur terre. Il n’y a donc pas lieu de jalouser les avantages d’un tel ou d’une telle, Dieu ne se trompant pas dans ses jugements et sachant parfaitement ce qu’il fait !

Il est malheureux de voir à quel point, le diable a distillé le poison de la jalousie dans les veines de bon nombre de ‘’chrétiens‘’ qui loin de régler l’état désastreux de leur cœur souillé par la frustration et l’envie, n’ont plus le moindre cas de conscience. Or rien de tel que ce sentiment horrible qu’est la jalousie pour nous torturer, nous endurcir et nous pousser à la rébellion, car derrière la personne jalousée, c’est bien un sentiment accusateur envers Dieu que nous nourrissons.

Lorsque Caïn vit que Dieu préféra l’offrande d’Abel à la sienne, il se sentit rejeté et en conçut de la jalousie, au point de tuer son frère. Derrière son acte, se cachait une profonde colère contre Dieu, qui avait rejeté son offrande, ce dont Abel n’était en rien responsable.

Les personnes jalouses embrassent deux profils ; elles sont extrêmement orgueilleuses, ont une très haute opinion d’elles-mêmes, et exigent que ce soit vers elles que tout converge.

Elles peuvent aussi traîner derrière elles une identité de victimes de par les grandes souffrances qu’elles ont connues, et nourrir cette identité démoniaque qu’elles ont endossée, au lieu d’accepter leur identité nouvelle en Christ ; d’où une insatisfaction constante, même si elles ne manquent de rien.

Il est vital de traiter la jalousie jusqu’à la racine car si elle ne peut tuer ceux qui sont cachés en Jésus-Christ, elle finira par tuer ceux en qui elle se cache.

Dans la Bible, la jalousie est souvent associé à la haine, au séjour des morts dans Cantiques des cantiques 8 : 6, ou au meurtre ‘’ vous convoitez et vous ne possédez pas, vous êtes meurtriers et envieux…Jac 4 :2 ‘’

Le Seigneur veut nous faire comprendre qu’entretenir un tel sentiment envers autrui est très grave, c’est apparenté à vouloir sa mort. La Bible recèle d’histoires de jalousies qui furent dramatiques pour ses auteurs.

Le premier jaloux qui exista fut Lucifer, qui envia la gloire du Seigneur et voulut la posséder.

- Les frères de Joseph le jalousèrent au point de vouloir le tuer, mais comme Dieu veillait sur lui, ils le vendirent comme esclave.

- David également souffrit énormément de la jalousie de Saül qui voulut le tuer à plusieurs reprises.

L’onction de Dieu sur la vie de quelqu’un peut faire de lui ‘’un signe qui provoque la contradiction’’ Luc 3 : 34 comme ce fut le cas pour notre Seigneur, mais malheur à celui qui scandalise un seul de ses petits ! Toucher aux enfants de Dieu, c’est toucher à Dieu lui-même ; ne sommes-nous pas le Corps de Christ ?

Lorsque David coupa le pan du manteau de Saül, il sentit son cœur battre. Combien de chrétiens font plus que simplement couper un pan de manteau ; c’est le vêtement tout entier qu’ils déchirent, ricanant comme les soldats au pied de la croix, se moquant impunément de la nudité de leurs frères !

David aurait pu tuer Saül car ce dernier le traquait, le pourchassait sans relâche, et avait fait de lui un errant, un vagabond. Il savait que Dieu l’avait oint comme roi sur tout Israël, mais il se garda bien de toucher à l’homme que Dieu avait oint autrefois, laissant Dieu lui-même l’asseoir sur le trône et accomplir ses promesses à son égard.

David respectait l’onction du Seigneur et savait qu’elle procurait à ses détenteurs une immunité infaillible.

Hélas, combien de chrétiens aujourd’hui tuent avec leur langues, mordent avec leurs dents, et noient de leurs salive ceux que Dieu a oints de sa propre autorité.

Je ne parle pas des faux oints qui souillent le Témoignage et foulent aux pieds la grâce en brandissant le fameux ‘’ne touchez pas à mes oints, ne faites pas de mal à mes prophètes ! ‘’ Ps 105 : 15

Le sacerdoce royal revient à l’Eglise maintenant, c’est-à-dire à chacun de nous, ce n’est plus l’apanage de quelques uns.

L’ardeur de la jalousie est un feu qui ne s’éteint pas tant la personne n’a pas obtenu ce qu’elle désire, voilà ce qui fait de la jalousie un sentiment si destructeur.

Pour trois fois rien, une vache de plus que son voisin, un hectare de terrain supplémentaire, une maison à étage, un mari, une belle femme, des enfants studieux et qui réussissent, un ministère oint et béni, des personnes ont été tuées ou sont passées près de la mort !

Saül considérait que tant que David était en vie, sa propre vie était menacée, ce qui était faux bien entendu, mais sa jalousie le rendait complètement aveugle. Il voulait tuer David afin de rester sur le trône, lui et sa descendance. Il connaissait les conséquences de sa désobéissance, et savait que l’Esprit de Dieu l’avait quitté. David en revanche, était oint. Saül était non seulement un meurtrier, mais il voulait court-circuiter le plan de Dieu pour David, et empêcher son exécution ce qui était encore plus grave.

C’est ainsi que beaucoup de chrétiens, remplis de jalousie, travaillent main dans la main avec Satan afin d’empêcher que tel frère où telle sœur entre dans son appel ; si malgré leurs oppositions et leurs calomnies, ceux-ci y arrivent, ils feront tout pour souiller leur témoignage.

Quant aux églises, elles ne sont pas en reste, loin de là ! Si l’onction de Dieu vous distingue au milieu des pierres mortes, il y a peu de chance pour que l’on accepte que vous veniez déranger les tombes et leurs squelettes. Pire, certains ‘’serviteurs ‘’ qui vont reconnaitre que celui-là en tue ‘’ dix mille ‘’ vont s’arranger pour l’écarter soigneusement de la scène de peur qu’il croisse et eux diminuent. C’est ainsi que beaucoup d’enfants de Dieu sont aujourd’hui orphelins spirituels, faute d’avoir eu de véritables pères et mères spirituels pour les prendre sous leurs ailes et les enseigner les rudiments de la vie chrétienne, et du ministère pour ceux qui sont appelés. Les conséquences sont celles que nous voyons actuellement : une déliquescence de la véritable foi et des œuvres qui l’accompagnent.

Face à une personne jalouse, récalcitrante aux multiples avertissements et à toute forme de repentance, il faut savoir prendre ses distances car les conséquences peuvent être fâcheuses.

Lorsque la situation l’exige, il faut s’éloigner et mettre une séparation nette afin de se prémunir des plans de l’ennemi qui ne vient que pour ‘’ que pour dérober, égorger et détruire ‘’ Je 10 : 10

Le Seigneur nous demande de vivre en paix les uns avec les autres, autant que cela dépend de nous. Rom 12 : 8 . Quelquefois hélas, cela dépend de l’autre, qui ne connaîtra pas le mot paix, tant que son moi sera en guerre. Cette agitation intérieure, ce sentiment obsessionnel de souffrance à la vue du bonheur de l’autre, on peut en guérir, en reconnaissant honnêtement que son poison brûle en nous. Le premier pas vers la guérison est la reconnaissance. Reconnaissance de la gravité de ce péché, reconnaissance de soi, de sa véritable identité, et enfin reconnaissance ou acceptation de Dieu, qui est tout en tous ; car souvent il ressort manifestement, que les personnes jalouses n’ont pas acceptées l’amour de Dieu pour elles.

De ce fait, à qui en parler sans être jugé ?

Nos « églises » ne sont pas ou très peu fixés sur ces questions comme sur tant d’autres, et ignorent les douleurs muettes vécues par beaucoup.

La peur d’être jugé, rejeté, où mal compris tient nombre d’entre nous, loin de tout aveu. Or Dieu nous exhorte à confesser nos péchés les uns aux autres afin d’être non seulement pardonnés, mais aussi guéris. Jacques 5 : 16 L’un ne va pas sans l’autre. Lorsque l’Esprit de Dieu éclaire certaines horreurs en nous, c’est en vue de les faire devenir lumière, ne persistons pas à les cacher, car la sonde divine pénètre les cœurs et les reins.

C’est un parcours ardu et difficile, mais le Seigneur n’a jamais jugé quiconque est venu humblement se jeter contre la pierre pour être brisé ; au contraire, seuls les rebelles y trébuchent et sont écrasés par elle.

Source : http://flochrist.wordpress.com/ 


 

Retour

 

 

 

© 2017 Ministère Maranatha 77 "Jésus revient bientôt" | Page d'accueil | Nous contacter