Vidéo du jour
Comment trouver la liberté, la paix et la sécurité dans la prière ? | EMCITV | Résumé
Enseignement du jour
La vie, la vraie 004 | TRESORSONORE | Résumé
Édification du jour
Le grand salut
CHEMINS DE VIE
Voir le Résumé
Maranatha77 en d'autres langues
Pensée du jour
Message du jour
Portes Ouvertes
Torrent d'Amour
Blog
Torrent d'amour
Amour en action
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
MESSAGE TEXTE
Retour
L’Eglise passera‐t‐elle par la grande tribulation ? Partie 2
de JOHN MCARHTUR
Nous ne connaissons ni le jour ni l'heure. Les points de vue peuvent diverger, mais CE QUI EST IMPORTANT : Examinons-nous, REPENTONS-NOUS. TRAVAILLONS à notre SALUT avec CRAINTE et TREMBLEMENT pendant qu'il en est temps "Aujourd'hui, si vous entendez Sa Voix, n'endurcissez pas vos coeurs". JESUS-CHRIST EST A LA PORTE. ES-TU PRET ?








Par Dr John Mac Arthur

 

Nous savons que Jésus, ainsi que les prophètes de l’Ancien Testament sous l’inspiration du Saint Esprit de Dieu, ont prédit une période de troubles qui s’abattraient sur la Terre et que l’on appelle la Grande Tribulation. Il s’agit d’une période pendant laquelle la colère de Dieu va déferler sur la Terre en trois séries de jugements qui se succèdent dans le Livre de l’Apocalypse :

Les sept sceaux, les sept trompettes et les sept coupes.

 

1) Les sceaux

À partir du chapitre 6 de l’Apocalypse, le Seigneur Jésus-Christ commence à ouvrir un livre scellé par sept sceaux. À chaque fois qu’un sceau est rompu, un jugement se déverse : guerre, famine, la mort d’un quart de la population mondiale, l’effondrement du ciel, l’épouvante qui frappe la population mondiale puisque la Bible dit : « 15 Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. 16 Et ils disaient aux montagnes et aux rochers: Tombez sur nous et cachez-nous loin de celui qui est assis sur le trône et loin de la colère de l’Agneau. 17 En effet, le grand jour de sa colère est venu, et qui peut résister ? ’ ».

 

2) Les trompettes

Les sept sceaux sont immédiatement suivis par les sept trompettes.

Lorsque la grêle et le feu mêlé de sang s’abattent sur la terre, le tiers de la terre, des arbres et toute l’herbe sont brûlés. Puis, lorsqu’une grande montagne embrasée par le feu est précipitée dans la mer, le tiers de la mer devient du sang, et le tiers des créatures vivant dans la mer meurt, et le tiers des bateaux est détruit.

À la troisième trompette, une étoile nommée « Absinthe » tombe du ciel sur les sources d’eau et le tiers des fleuves, les polluant, ce qui tue beaucoup d’hommes. À la quatrième trompette, le tiers des astres est obscurci.

Les trois dernières trompettes apportent des malheurs encore plus effrayants : des démons sortent de l’abîme pour tourmenter les hommes qui cherchent alors à mourir ; ils essaient de se suicider, mais ils ne peuvent pas mourir afin de subir les terribles tourments causés par les démons. Puis une grande Armée venant de l’est massacre le tiers des hommes encore vivants. Pour finir, surviennent des éclairs, des coups de tonnerre, un tremblement de terre et une forte grêle.

 

3) Les coupes

Les trompettes sont suivies par sept coupes versées à la fin de la Tribulation : toutes sortes de maux frappent les hommes dans leurs corps ; La mer devient du sang, tuant tous les créatures qui y vivent ; L’eau des fleuves et des sources d’eau deviennent aussi du sang ; Les hommes sont brûlés par le feu ; Puis survient une complète obscurité ; La terre commence à se disloquer et de la grêle dont les grêlons pèsent 45 kilos tombent du ciel sur les hommes. La venue de Jésus-Christ suit immédiatement tous ces jugements.

 

Quelle épouvantable vision, n’est-ce pas ?

Tout ceci décrit une période que la Bible appelle la Grande Tribulation.

 

La question qui se pose donc dans cette étude est la suivante : l’Église passera-t-elle par cette Tribulation ou bien le Seigneur viendra-t-il nous prendre avant son commencement ? Devons-nous attendre la Grande Tribulation, ou en serons-nous délivrés ?

C’est une question d’ordre très pratique, n’est-ce pas ?

Parce que si j’attends la Grande Tribulation, cela conditionne tout ce que je dois faire pour être prêt. Ça ne sert à rien de passer mon temps à regarder le ciel dans l’attente de voir Jésus en descendre à tout instant avant de voir ces choses arriver si je dois passer par la Grande Tribulation. J’ai déjà vu de la grêle, mais jamais avec des grêlons de 45 kg. Et si cela est la dernière chose qui doit arriver avant la venue de Jésus, alors je sais quand il va revenir. Tout cela annule la venue de Jésus, et en plus au lieu d’attendre le Christ, j’attends l’antichrist.

 

Dans la partie 1, nous avons parlé des 3 points de vue sur l’Église et la Grande Tribulation : le post-tribulation, le mi-tribulation et le pré-tribulation.

 

En bref, le post-tribulation affirme que l’Église va passer par la Grande Tribulation et être enlevée à a fin, puis redescendre aussitôt pour le Royaume ;

Le mi-tribulation dit que l’Église va être enlevée au milieu de la Grande Tribulation ;

Enfin, le pré-tribulation affirme que l’enlèvement de l’Église aura lieu juste avant le début de la Grande Tribulation. Pour moi, c’est ce dernier point de vue qui est le bon. Et la raison principale est qu’il permet de croire au retour imminent du Christ.

 

Si l’Église n’est pas enlevée avant que tout cela arrive, alors nous savons quand Jésus va venir, ce qui est en contradiction avec la promesse que personne ne connaît ni le jour ni l’heure. 

Le point de vue post-tribulation ne peut donc pas être valable puisqu’il est totalement en désaccord avec la nature de l’Église, la nature de la Grande Tribulation, et la nature de la seconde venue. Il balaye le retour imminent du Christ, et nous attendons donc l’antichrist. Par ailleurs, cela supprime la plus grande et la plus pure motivation pour la vie chrétienne, qui est de savoir que le Christ peut revenir à tout instant.

Et « toute personne qui possède cette espérance en lui se purifie comme lui-même est pur » [1 Jean 3 :3].

Ce point de vue ignore aussi le fait que lorsque la Bible parle de la Grande Tribulation, il n’est jamais fait mention de l’Église, nulle part. On ne la voit jamais dans la Grande Tribulation.

 

On va alors dire : mais qu’en est-il du point de vue mi-tribulation ? Il est très peu répandu en réalité. Les gens qui y croient ne sont pas les plus nombreux, mais il est quand même intéressant. Le problème est qu’il n’est pas crédible non plus. Il se base sur 3 arguments principaux, mais je ne vais vous en donner qu’un, qui n’est pas très bon, et les deux autres sont encore moins bons :

1 Thessaloniciens 4 dit ceci : « au son de la trompette de Dieu », et 1 Corinthiens 15 également : « au son de la dernière trompette. La trompette sonnera, alors les morts ressusciteront incorruptibles ». Les mi-tribulationistes disent que la dernière trompette de 1 Corinthiens 15 est la même que la 7ème trompette d’Apocalypse, qui est aussi la dernière. Donc, si la dernière trompette équivaut à la 7ème trompette, il nous faudra être présents pour les six premières. Et si nous devons être présents pour les six trompettes, alors nous devrons être aussi présents pour les six premiers sceaux, car ils en font partie, et même du 7ème. Ainsi l’Église serait présente sur la Terre au cours des 7 sceaux et à la 7ème et dernière trompette l’Église est enlevée, et une fois partie, les jugements des coupes surviennent. Ainsi donc, l’Église serait enlevée au milieu de la Tribulation.

 

Le Dr. Walvoord donne une réponse sensée à cela. Il dit qu’au Séminaire de Dallas il y a une série de sonneries pour signaler chaque heure de cours, et dans cette série de sonneries il y a forcément une dernière sonnerie. Et quand le professeur dit que c’est la dernière sonnerie, il ne veut pas dire la dernière sonnerie définitivement ; il ne veut pas dire non plus que c’est la dernière sonnerie de la journée ; il veut dire que c’est la dernière sonnerie d’une succession de sonneries marquant un cours donné. Dire que cette dernière sonnerie est absolument la dernière, définitivement, n’a pas de sens. Il peut donc y avoir une dernière trompette pour l’Église et 7 trompettes pour Israël pendant la Grande Tribulation, sans pour autant faire un lien entre ces 2 types de trompettes.

Dieu a souvent utilisé des trompettes pour rassembler son peuple. Les trompettes font partie de l’histoire d’Israël. Des trompettes retentiront pour signaler la fin du temps de l’Église et des trompettes retentiront pour signaler le jugement de ce monde. Ce ne sont pas forcément les mêmes trompettes. Dire qu’elles le sont, c’est faire un lien très arbitraire entre les deux.

 

Les mi-tribulationistes pensent qu’ils resteront au début de la Grande Tribulation, et ils ne croient pas que la Grande Tribulation sera une période de 7 années littéralement, ils pensent que cela ne figure qu’une longue période de temps. Ils écartent complètement les 7 années, mais ils disent que quelque part au milieu de tout ce jugement l’Église sera enlevée quand la 7ème trompette retentira. Et donc, si on suit ce point de vue, l’Église sera présente au temps des sceaux et des six trompettes.

 

Ils affirment que les sceaux étaient la Première Guerre Mondiale et que les trompettes étaient la Seconde Guerre Mondiale, d’après un livre écrit par un certain Harrison, « Sa venue ». Ils interprètent le verset d’Apocalypse 8 :1 « il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure »(ce qui a fait dire à quelqu’un que cela prouvait qu’il n’y avait pas de femmes dans le Ciel, mais on ne peut pas être d’accord avec ça !), ils l’interprètent de la manière suivante : puisque selon Pierre un jour pour le Seigneur est comme mille ans [2 Pierre 3 :8], alors cela signifierait qu’une demi-heure est égale à 1/48ème d’un jour. Par conséquent, puisqu’un jour est égal à mille ans, si l’on divise mille ans par 1/48ème cela donne 20 ans et 10 mois. Ce qui signifie qu’il y aurait une période de 20 ans et 10 mois entre les sceaux et les trompettes. Puisque les sceaux étaient la Première Guerre Mondiale et les trompettes la Seconde, il doit y avoir 20 ans et 10 mois entre les deux. C’est intéressant parce que c’est presque juste. Les deux guerres sont séparées par 20 ans, 9 mois et 20 jours. Il manque donc 10 jours. Ils font commencer cette période à l’armistice du 11 novembre 1918, et la font terminer le 11 septembre 1939, en expliquant les 10 jours manquant par le fait que la Bible dit « d’environ une demi-heure ». C’est vraiment du tarabiscotage pour défendre une théorie aussi déraisonnable. C’est si arbitraire. Si l’on croit en une période de 7 années littérales, alors c’est impossible. Et si on essaye d’interpréter toutes les prophéties avec ce verset de Pierre, ça n’a tout bonnement aucun sens.

[ndt : d’autant plus que la suite du verset de Pierre est « et mille ans comme un jour » ! Donc comment calcule-t-on avec ça ?! Ce verset pris dans son entier indique seulement que pour Dieu le temps n’existe pas ! L’utiliser pour autre chose n’est qu’une grossière erreur.]

Ainsi, tout ce que peuvent faire les mi-tribulationistes est de faire concorder ces deux trompettes. Quand on étudie tout cela, on ne peut en conclure que le seul point de vue raisonnable est que l’Église doit partir avant que tous ces jugements ne commencent. Et donc la Grande Tribulation peut durer 7 années littérales.

 

Je vais vous montrer pourquoi je crois qu’une Tribulation qui dure vraiment 7 années est légitime. Avant cela, si nous résumons, nous avons dit qu’il y a 3 arguments principaux en faveur d’un enlèvement pré-tribulation :

– Le premier est la nature de l’Église. L’enseignement de l’enlèvement avant la Grande Tribulation se fonde sur la définition même de l’Église. Il y aura des saints pendant la Grande Tribulation, et Israël sera sauvé, n’est-ce pas ? Et pas seulement Israël car Apocalypse 7 mentionne des gens des nations en si grand nombre qu’on ne peut pas les compter. Il y aura des saints pendant la Grande Tribulation. Maintenant, si l’Église, Israël et les saints de la Tribulation sont tous un seul et même groupe de personnes, alors nous devrons passer par la Grande Tribulation, n’est-ce pas ? Car l’enlèvement ne concernera pas seulement quelques-uns, mais nous partirons tous ensemble. S’ils font partie du Corps, alors le Corps reste un.

Il est donc fondamental de montrer que l’Église est distincte d’Israël, que Dieu peut enlever l’Église et en même temps s’occuper à nouveau d’Israël*, ce que nous pensons être la vérité. Si l’Église est une entité distincte de la nation d’Israël rachetée (bien sûr, il y a des Juifs et des Gentils dans l’Église, mais Israël est distinct en tant que nation), alors le fait que l’Église ait une fin différente ne pose pas de problème. Pourquoi ? Parce que l’Église et Israël ont eu un début différent. Dieu a commencé la nation d’Israël avec Abraham dans Genèse 12. Et quand a-t-Il commencé l’Église ? Le jour de la Pentecôte dans Actes 2. S’ils avaient eu un début différent, pourquoi n’auraient-ils pas une fin différente ? Inversement, s’ils sont une seule et même entité, alors nous devrons passer par la Grande Tribulation parce qu’il y aura des saints à ce moment-là et il n’y a aucune de raison de penser qu’aucun d’entre nous puisse être tiré d’affaire si nous sommes un avec ces saints.

* Note MAV: Dieu n’a JAMAIS cessé de s’occuper d’Israël !

Il nous faut donc prouver que l’Église est unique, spécifique, distincte d’Israël dans le passé et dans l’avenir. Nous avons déjà vu que l’Église et Israël sont clairement distincts dans l’Écriture, que Dieu a un plan précis pour Israël, et un plan précis pour l’Église.

 

En regardant l’histoire d’Israël, nous voyons que Dieu travaillait à travers la nation d’Israël. Et le but final pour la nation d’Israël était la venue du Messie pour établir un Royaume. Le Messie est venu, et qu’a fait Israël ? Ils l’ont rejeté. Rappelez-vous ce que Jésus ne cessait de répéter : « Repentez-vous, car le Royaume des cieux s’est approché ». C’était son message, et son message était pour Israël.

 

Quelques Gentils ont voulu connaître le message, mais il n’était pas pour eux, il était pour Israël. Le salut était d’abord pour les Juifs [« Je ne suis envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » – Matthieu 15 :24]. Paul a aussi dit au Juif d’abord et au Grec aussi [Actes 13 :46, Romains 1 :16].

Ainsi, fondamentalement, Dieu s’occupait d’Israël. Israël était le moyen utilisé par Dieu pour atteindre l’humanité. Dieu travaillait uniquement avec le peuple d’Israël, mais ils ont rejeté le Messie. Dieu l’a alors mis de côté pour s’occuper des Gentils et commencer ce que nous appelons une parenthèse : l’Église, un Corps qui n’apparaît pas dans l’Ancien Testament, un Corps mystérieux qu’Il a appelé et racheté. Il lui a donné un commencement et Il lui donnera une fin. Il l’enlèvera de cette Terre, s’occupera à nouveau d’Israël pour finir ce qu’Il avait commencé.

 

Nous ne sommes pas Israël, nous ne sommes pas le nouvel Israël, nous ne recevons pas les promesses faites à Israël, elles sont toujours pour Israël. Si c’est l’Église qui reçoit toutes les promesses faites à Israël, alors Dieu a menti puisqu’Il a fait des promesses à Israël qu’Il ne tient pas. C’est pourquoi nous croyons qu’il faut faire la différence entre les deux : l’Église est unique et distincte.

Nous avons aussi vu cette différence à travers l’utilisation du mot « ékklêsia », qui signifie « Église » ou « Assemblée ». On se rappelle aussi les paroles de Jésus en Matthieu 16 :18 où il dit en utilisant le futur : « je bâtirai mon Église ». Et il ajoute : « et les portes du hadès ne prévaudront pas contre elle », ce qui montre encore qu’elle ne passera pas par la Grande Tribulation sous le règne de Satan.

 

Nous avons également vu en Actes 11:15 que l’Église est une entité distincte. Et lorsque Pierre parle de l’Église dont il est question en Actes 2 il dit : « Lorsque j’ai commencé à parler, le Saint-Esprit est descendu sur eux (les Gentils), comme sur nous au début ». Le début de quoi ? de l’Église ! Un Corps spécifique, unique. Nous avons vu dans Romains 11 qu’Israël était la branche naturelle de la racine de bénédiction, et qu’à cause de son incrédulité, Dieu l’a coupé et y a greffé l’Église. Un jour, Dieu retirera l’Église et greffera Israël à nouveau. Il fait une distinction claire entre l’Église et Israël.

 

Maintenant, lisons Éphésiens 3 :1-12 : l’enseignement est clair ; ce passage montre le caractère distinct de l’Église. Il ne peut pas être question d’Israël ici, c’est évident.

Lisez bien le verset 3. Paul parle de son appel pour le service, et le message qu’il doit proclamer : « C’est par révélation qu’il m’a fait connaître ce mystère ». Quel mystère ? Quelque chose qui était caché dans l’Ancien Testament et révélé dans le Nouveau. Il n’est jamais question de l’Église dans l’Ancien Testament. Mais Dieu a révélé un mystère à Paul : « C’est par révélation qu’il m’a fait connaître ce mystère tel que je l’ai déjà décrit en quelques mots. En les lisant, vous pouvez vous rendre compte de la compréhension que j’ai du mystère de Christ ». Et quel est ce mystère ? C’est ce qui « n’a pas été porté à la connaissance des hommes des générations passées comme il a maintenant été révélé par l’Esprit à ses saints apôtres et prophètes ». Et de quoi s’agit-il précisément ? Verset 6 : « CE MYSTERE, C’EST QUE LES NON-JUIFS SONT COHERITIERS DES JUIFS, QU’ILS FORMENT UN CORPS AVEC EUX ET PARTICIPENT A LA MEME PROMESSE [DE DIEU] EN [JESUS-]CHRIST PAR L’ÉVANGILE ». Voilà le mystère, c’est-à-dire en d’autres termes l’Église, les Juifs et les Gentils réunis en un seul Corps, participant de la même promesse en Christ par l’Évangile !

Lisons les versets 8 et 9 : « Moi qui suis le plus petit de tous les saints, j’ai reçu la grâce d’annoncer parmi les non-Juifs les richesses infinies de Christ  et de mettre en lumière [pour tous les hommes] comment se réalise le mystère » et que est le mot suivant ? « caché de toute éternité en Dieu ».

L’Église n’est pas Israël, elle est distincte !

Et Dieu a appelé Paul pour révéler ce mystère. Et ce mystère était tout simplement que les Juifs et les Gentils étaient désormais réunis en un, dans un nouveau Corps.

Ceci ne se trouve pas dans l’Ancien Testament, cela n’a rien à voir avec Israël, c’est quelque chose de tout à fait unique, spécifique. De plus l’idée d’une telle égalité était totalement étrangère aux Juifs pour qui ce concept d’égalité entre Juifs et non-Juifs était inexistant.

D’ailleurs il est intéressant de voir comment les Juifs considéraient les Gentils ; Ésaïe 61 :5 parle du Royaume et dit ceci :« Des inconnus se présenteront et s’occuperont de vos troupeaux, des étrangers seront vos cultivateurs et vos vignerons ».

Dans ce tableau du temps du Royaume, le prophète Ésaïe voit Israël gouverner et les Gentils les servir ! Il n’y a aucune égalité entre eux ! Les Juifs n’imaginaient pas un tel concept : un seul Corps avec les Gentils ! Les Juifs voyaient les Gentils comme leurs serviteurs ! Ainsi, le Corps est le mystère, un seul Corps. C’était quelque chose de complètement nouveau.

 

Dans Colossiens 1 :24-26, Paul dit : «Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous et je supplée dans ma vie à ce qui manque aux peines infligées à Christ pour son Corps, c’est-à-dire l’Église. C’est d’elle que je suis devenu le serviteur, conformément à la charge que Dieu m’a confiée pour vous : le mystère caché de tout temps et à toutes les générations, mais révélé maintenant à ses saints ». Quel est ce mystère ? Fin du verset 27 : « CHRIST »  ? « en vous ».

C’est quelque chose qui n’existe pas dans l’Ancien Testament. Le Messie n’était pas vu comme une présence habitant dans le croyant mais comme un roi politique sur terre. Et là, il s’agit d’un tout nouveau concept.

 

Dans Jean 14, Jésus dit à ses disciples : « l’Esprit de la vérité (…) vous le connaissez, car il reste avec vous et il sera en vous ». Voilà quelque chose de complètement nouveau. Et puis en Jean 17 il prie pour cette unité. Il est un avec le Père et le Père est un avec Lui et les croyants sont un avec Lui et donc un avec le Père, et un entre eux, et tout cela est une nouvelle unité glorieuse.

 

Vous voyez donc que l’Église est unique en tout point. C’est un mystère. Elle n’a aucun rapport avec Israël.

 

Et voici ce qui se passe quand on mélange les deux, et c’est ce que font tant de théologiens : ils prennent toutes les promesses données à Israël et disent que lorsqu’Israël a crucifié le Christ, ils se sont disqualifiés eux-mêmes de manière permanente quant aux promesses de Dieu ; que Dieu s’est tourné vers l’Église et que toutes les promesses sont prises au sens spirituel et accomplies dans l’Église ; qu’elles ne sont pas à prendre au sens littéral. Ils inventent ainsi l’amillénarisme et affirment qu’il n’y a pas de Royaume réel au sens littéral.

C’est une chose bien triste d’annoncer ainsi aux Juifs que puisqu’ils ont crucifié le Christ, ils ont tout perdu et l’Église récupère tout. Et tout ce que Dieu avait promis et qui devait s’accomplir de manière réelle, littérale, tout est désormais à prendre au sens figuré, autrement dit il s’agit d’une bénédiction spirituelle. Et quand il est dit que le loup habitera avec l’agneau, et que les enfants joueront sur les nids de vipères, tout cela n’est qu’à prendre au figuré pour mener une vie dans l’insouciance, et quand on est en paix avec Dieu etc.

Je me souviendrai toujours de ce qu’a répondu le Dr Feinberg à une conférence sur la prophétie, qui se tenait à Jérusalem, après que quelqu’un a défendu le point de vue amillénariste ; le Dr Feinberg s’est levé et a dit : « Alors c’est merveilleux d’être venus jusqu’ici à Jérusalem pour annoncer aux Juifs qu’ils ont la malédiction et nous la bénédiction. »

Dans Romains 11 Paul dit :

« DIEU AURAIT-IL REJETE SON PEUPLE ? CERTAINEMENT PAS ! ».

Dieu n’a pas rejeté Israël. Et ainsi tout Israël sera sauvé [verset 26]. L’Église est une parenthèse pendant le temps de l’endurcissement d’Israël jusqu’au moment où ils tourneront les regards vers Celui qu’ils ont transpercé [Zacharie 12 :10]. L’Église est donc unique. Et cela est montré par 1 Thessaloniciens 5 :9 : « En effet, Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à la possession du salut ». Ce verset prouve clairement que l’Église ne passera pas par la Grande Tribulation car Dieu ne l’a pas destinée à sa colère.

 

Qui Dieu a-t-Il destiné à son jugement ? Israël et les nations qui n’obéissent pas. Dieu n’a pas destiné l’Église à la colère. Il n’y a aucune raison pour que l’Église passe par la Grande Tribulation. Tout le jugement que Dieu pourrait nous faire subir a déjà été porté par Christ sur la croix. Affirmer que l’Église passera par la Tribulation revient à rabaisser l’œuvre accomplie par le Christ sur la Croix et à dire qu’il y a encore une partie du jugement que nous devons porter nous-mêmes.

 

Dieu ne souhaite pas notre destruction, mais notre salut, notre délivrance. Il ne fait pas de nous les objets de Sa colère. Il n’a aucune raison de nous punir ni de nous soumettre à une soudaine destruction. Il n’a pas des projets de malheur envers l’Église. Nous sommes son Épouse bien-aimée. C’est Israël qu’il veut amener à croire en Lui au moyen de jugements. Souvenez-vous bien que la colère est réservée aux incrédules. Lorsque Dieu a fait tomber les eaux du déluge sur la Terre, qui a-t-il mis à l’abri avant ? Tous ceux qui Lui appartenaient ! Noé et sa famille sont un type de l’Église. Quand Dieu est sur le point d’exécuter ses jugements, Il prévoit toujours un moyen de protéger ceux qui lui appartiennent.

Il n’a aucun projet de malheur envers Son Église. Elle est donc bien distincte.

 

Regardons maintenant Éphésiens 5 :22-32 : c’est une autre raison pour prouver que l’Église est distincte et ne peut pas être Israël. Et si nous ne sommes pas Israël, bien-aimés, alors nous n’avons pas besoin d’être présents lorsque Dieu s’occupera d’Israël, nous pouvons être partis.

Lisons le verset 22 : «  Femmes, [soumettez-vous] à votre mari comme au Seigneur,  car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église qui est son corps et dont il est le Sauveur ».

Nous connaissons tous bien ce passage qui parle du caractère unique du Corps en relation avec Christ. Le verset 25 dit : « Maris, aimez votre femme comme Christ a aimé l’Église. Il s’est donné lui-même pour elle ».

 

Pourquoi ? C’est la question qui m’interpelle. Pourquoi a-t-Il fait cela ? Pourquoi s’est-il donné lui-même pour elle ? Verset 26 : « afin de la conduire à la sainteté après l’avoir purifiée et lavée par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache ».

 

Réfléchissez avec moi : Christ a appelé l’Église et Il l’a purifiée pour qu’elle soit sainte sans absolument aucune tache. Regardez 2 Corinthiens 11 :2 où Paul dit ceci : « je suis jaloux de vous, de la jalousie de Dieu ». Pourquoi ? « parce que je vous ai fiancés à un seul Epoux ». Pour quoi faire ? « pour vous présenter à Christ comme une vierge pure ». Le plan de Dieu pour l’Église est qu’Elle soit présentée à Christ, à son enlèvement, chaste, pure et sans tache.

 

Regardons maintenant Éphésiens 5 :32 : « Ce mystère est grand, et je dis cela par rapport à Christ et à l’Église ». Quel est ce mystère ? Est-ce le mariage ? Est-ce l’image du mariage ? Est-ce que ceci est nouveau ? Non, car le concept du mariage se trouve aussi dans l’Ancien Testament.

 

Dans l’Ancien Testament, Israël est vu comme la femme de l’Éternel. Tout le livre d’Osée est dédié à une allégorie historique de la relation entre Dieu et Israël. Israël est vu comme la femme de Dieu, mais quel genre de femme ? Une femme adultère, infidèle, une prostituée. Et la promesse est que la prostituée sera restaurée dans le Royaume. Alors vous voyez, bien-aimés, Israël est une femme, mais c’est une prostituée, alors que l’Église est une mariée vierge. Ce sont deux choses bien différentes, vous comprenez.

 

Israël et l’Église ne peuvent donc pas être la même chose. L’Église est une vierge chaste. Le voilà le mystère. Voilà la nouveauté. La nouveauté est l’Église présentée à Christ sanctifiée, sans taches ni défauts, nette et pure, et ça ne peut pas être Israël. Israël est toujours une femme adultère, qui batifole avec d’autres dieux, qui commet un adultère spirituel, et qui ne sera pas restaurée avant que ne vienne la détresse dans la Tribulation.

 

Ne confondez donc pas la vierge chaste présentée à Christ, avec Israël, une femme adultère, une misérable prostituée infidèle à Dieu. C’est un argument très fort pour montrer la distinction entre les deux.

 

Le dernier point, et non le moindre, est le message destiné à l’Église dans l’Apocalypse. Nous essayons toujours de montrer que l’Église et Israël sont distincts, parce que si c’est le cas, alors l’Église n’a pas besoin de passer par la Grande Tribulation. Elle peut avoir une fin spéciale comme elle a eu un début spécial. Regardons Apocalypse 2 :20 : Dieu parle à l’Église de Thyatire et cette Église était idolâtre ; Verset 20 : « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses faire Jézabel », que ce soit son vrai nom ou juste un pseudonyme indiquant son caractère peu importe, mais « tu laisses faire Jézabel, cette femme qui se prétend prophétesse. Elle enseigne et égare mes serviteurs pour qu’ils se livrent à l’immoralité sexuelle et mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Je lui ai donné du temps pour changer d’attitude, mais elle ne veut pas se détourner de son immoralité. Voici, je vais la jeter sur un lit ». Quel sarcasme ! si elle aime les lits, je vais la jeter sur un lit, et elle verra de quel lit il s’agira !

« je la jette sur un lit, et ceux qui commettent adultère avec elle, dans une grande tribulation, à moins QU’ILS NE SE REPENTENT DE SES ŒUVRES » : Qui va dans une grande tribulation ? Les faux docteurs. Ceux qui se repentent de leurs œuvres sont exclus de la Tribulation. Ils sont l’exception à la règle, voyez-vous.

La Grande Tribulation est pour les faux docteurs, pour les pécheurs, pour les églises idolâtres. Dieu dit : « Je la jette dans une grande tribulation », sauf s’ils se repentent.

 

 

La repentance nous épargne-t-elle la Grande Tribulation ? Je le pense.

 

Regardez Apocalypse 3 :10, lisons cet autre message à l’Église. Il est question de l’église de Philadelphie, du grec « phileo » et « adelphas », c’est-à-dire « amour fraternel ». C’est une bonne Église, vraie, pure, belle : « Parce que tu as gardé la parole de ma patience, moi aussi je te garderai de l’heure de l’épreuve qui va venir sur la terre habitée tout entière ».

Parce que tu es la véritable Église, je te garderai de l’épreuve et de la tentation qui va s’abattre sur la terre entière.

 

Comment interpréter ça si ce n’est comme une promesse ! La vraie Église sera sauvée de la Tribulation, gardée de l’heure de la tentation et de l’épreuve. Quelle heure ? Celle « qui va venir sur la terre habitée tout entière, pour éprouver ceux qui habitent sur la terre ». C’est exactement ce qu’est la Grande Tribulation.

 

Maintenant, notez ceci : « ceux qui habitent sur la terre ». Vous voyez cette expression ? Tous ceux qui sont sur la terre. Cela ne réfère pas tant à une localisation géographique qu’au caractère moral du peuple ; On pourrait traduire « terre » par « mondanités » ou « Monde », ceux qui habitent dans les mondanités, dans le Monde, ceux qui se conforment au système. Un temps d’épreuve va venir sur le Monde, mais Dieu dit qu’il va nous garder de l’épreuve.

 

 

Regardons maintenant Apocalypse 3 :15-16. Il est question de l’église de Laodicée, l’église apostate des derniers jours. Verset 15 : « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Si seulement tu étais froid ou bouillant! ».

En d’autres termes, tu es écœurante.

Vous voyez, il y a une chose quand on boit quelque chose : si les boissons sont supposées êtres chaudes, on les veut chaudes. Il n’y a rien de plus mauvais que du café tiède. Et il n’y a rien de plus mauvais non plus que de l’eau tiède. Quand on veut boire de l’eau, on la veut fraîche. Et quand on veut un café, on le veut chaud. Tiède, c’est écœurant. Et Dieu dit à Laodicée : Tu es écœurante, « Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche ». Laodicée est la dernière étape de l’Église, l’église finale apostate. Il existe une raison à la chronologie de ces églises. Philadelphie est la vraie Église, gardée de l’heure de l’épreuve, de la Tribulation.

Laodicée est la fausse église qui sera vomie par Christ pendant la Grande Tribulation.

Savez-vous que pendant la Grande Tribulation l’église va être au mieux de sa forme ? Pourquoi ? Parce qu’elle va tout dominer. Si on lit Apocalypse 17, on voit que l’église de la Tribulation va être à son apogée. Tous les apostats se rassembleront et ça sera une belle pagaille œcuménique pendant la Grande Tribulation.

Regardez maintenant le verset 20 : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi.  Le vainqueur, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône ».

Christ dit à Laodicée « Sois prête, je viens, je frappe à la porte, je suis sur le point de venir ; Si tu n’ouvres pas la porte, alors c’est la Grande Tribulation. Si tu ouvres, tu vaincras et tu viendras t’asseoir avec moi  ». C’est cela le salut, la délivrance.

Ainsi, le contraste entre Philadelphie et Laodicée me montre que la fausse Eglise passera par la grande tribulation, mais la véritable Eglise en sera gardée.

 

Vous voyez donc que l’Église est quelque chose de complètement distinct, séparé d’Israël.

Dieu a toujours un projet à accomplir pour Israël en tant que nation. Et je suis très heureux de pouvoir le proclamer. J’étais tellement content de discuter avec notre guide en Israël et de pouvoir lui dire que Dieu avait un plan merveilleux pour le peuple d’Israël. Et je me sentais poussé à devoir dire cela au lieu de dire que tout ce qu’il restait pour Israël était la malédiction.

Je suis heureux de croire ce que la Bible dit, quand elle dit que le désert fleurira comme la rose[Ésaïe 35 :1], qu’après avoir ramené le peuple, Dieu l’aspergera d’eau pure [Ézéchiel 36 :25] et qu’ils seront purifiés, et Dieu remplacera leur cœur de pierre par un cœur de chair, et Il mettra son Esprit en eux. Il les aimera et les restaurera et les rachètera. Je suis si heureux de pouvoir dire cela à Israël !

Voilà les raisons fondamentales pour lesquelles je crois que la nature même de l’Église montre que nous ne passerons pas par la Grande Tribulation.

 

2) La nature de la Tribulation.

La nature de la Tribulation montre également que l’Église ne passera pas par la Grande Tribulation. Vous allez me demander ce que j’entends par là. Je veux tout d’abord dire que la Tribulation n’a jamais été préparée pour l’Église, et donc que nous ne sommes pas concernés.

 

Commençons par le commencement, Deutéronome 4 :29 : « De là, tu chercheras l’Éternel, ton Dieu, et tu le trouveras si tu le cherches de tout ton cœur et de toute ton âme ». Et ensuite : « Dans ta détresse [ou : tribulation], quand tout cela t’arrivera ». Vous allez me dire que ça parle juste de détresse, que ça n’a rien à voir avec la Grande Tribulation. Eh bien regardez la suite : « à la fin des jours » [version Darby]. C’est exactement ce dont nous parlons !

 

Selon le verset 30, pour qui est la Tribulation ? Pour Israël ! Et ce n’est pas le seul passage de l’Ancien Testament qui nous dit que la Grande Tribulation est pour Israël. Lisons Jérémie 30 :7 ; c’est un autre nom pour la Tribulation, et vous le connaissez peut-être déjà : « Hélas ! que cette journée est grande ! Il n’y en a point de semblable ; et c’est le temps de la détresse pour Jacob ». Et ensuite : « mais il en sera sauvé ». À qui la Tribulation est-elle destinée ? À Jacob ! Et quel nom Dieu a-t-Il donné à Jacob ? Israël ! La Tribulation est pour Israël.

Aux versets 8 et 9, les Juifs vont briser le joug des Gentils ; Dieu va gouverner le Royaume et Israël aura un nouveau David, le Messie, que l’on voit régner au verset 10 ; Il y aura la paix, le repos, et la gloire. Et le Nouveau Testament confirme tout cela.

Si vous lisez Apocalypse depuis le chapitre 6, où la Tribulation commence, jusqu’au chapitre 19 où elle finit, vous ne trouverez aucune mention de l’Église ! Elle ne s’y trouve pas. Mais savez-vous qui s’y trouve ? Israël ! Le chapitre 7 en dénombre même 12 000 de chaque tribu. Elles sont toutes là.

 

Regardons autre chose de très intéressant. La nature de la Tribulation fait qu’elle n’est pas pour l’Église à cause de ce qui est dit en Apocalypse 4. Certains disent que le verset 1 pourrait être une image de l’enlèvement de l’Église, ce qui n’est pas impossible puisqu’il est question d’une trompette aussi, et il est dit « Monte ici », et l’apôtre Jean est transporté jusqu’au Ciel ; Il pourrait être un type de l’Église ici, ce qui pourrait représenter l’enlèvement, et la Tribulation ne commence qu’au chapitre 6.

Mais regardez ce que voit Jean dans sa vision au verset 4 :« Autour du trône se trouvaient vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre anciens étaient assis. Ils étaient habillés de vêtements blancs et portaient des couronnes d’or sur la tête ».

Vous vous demandez peut-être pourquoi nous lisons ce verset ? Et bien parce que je pense que ces anciens représentent l’Église, car c’est une promesse que l’Église règnera avec Christ, et qu’il y aura des trônes. Sans compter que le vêtement blanc est sans aucun doute le vêtement de l’Église rachetée. On le voit dans plusieurs passages. Quant au mot « couronne », en grec il ne s’agit pas de « diadêma », la couronne d’un roi, mais « stephanos », la couronne du vainqueur. C’est de mot qui est utilisé pour parler des couronnes gagnées par l’Église ici-bas.

D’autre part, je pense que 24 est le nombre sacerdotal de 1 Chroniques, et que nous sommes des croyants-prêtres/sacrificateurs, et on trouve ici une représentation de l’Église, au travers du sacrificateur, et qui officie devant le trône de Dieu.

Ainsi, dans la vision de ce chapitre 4 l’Église est vue au Ciel. Et le livre de l’Apocalypse est plutôt chronologique. Au chapitre 6, l’Église ne peut pas être dans la Grande Tribulation puisqu’elle est au Ciel depuis deux chapitres.

Et j’aime ce que font les 24 anciens au verset 10 : « les vingt-quatre anciens se prosternent devant celui qui est assis sur le trône, adorent celui qui vit aux siècles des siècles et jettent leur couronne devant le trône ».

Nous gagnons une couronne pour le Seigneur Jésus-Christ et nous avons la merveilleuse joie de la jeter à Ses pieds. Bien-aimés, Je pense que nous ne passerons pas par la Grande Tribulation. Je nous vois dans le Ciel comme faisant partie du trône et chantant des louanges à Dieu. L’apôtre Jean est peut-être une image de l’Église ici.

 

Quand je pense à l’avenir, savez-vous à quoi je pense ? Je pense à la venue de Jésus. Je n’attends pas la Tribulation et je n’attends pas l’antichrist, j’attends Jésus Lui-même. Nous croyons que Jésus vient et nous voulons être prêts à sa venue. J’espère que vous êtes prêts.

Source : www.michelledastier.com

 

Retour

 

 

 

© 2020 Ministère Maranatha 77 "Jésus revient bientôt" | Page d'accueil | Nous contacter