Vidéo du jour
Dieu a fermé leurs yeux 1/2 | RAYMOND BOURGIER | Résumé
Enseignement du jour
Le don de discernement des esprits - Partie 2 | FRANCK ALEXANDRE | Résumé
Édification du jour
Viens et vois
CHEMINS DE VIE
Voir le Résumé
Maranatha77 en d'autres langues
Pensée du jour
Message du jour
Portes Ouvertes
Torrent d'Amour
Blog
Torrent d'amour
Amour en action
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
MESSAGE TEXTE
Retour
L'Eglise véritable
de FRANK A. VIOLA
La vie de l’Eglise véritable est profondément simple mais demeure en même temps infiniment compliquée. Elle satisfait profondément l’Esprit en l’homme mais fruste l’âme et mène la chair à la mort.


La vie de l’Eglise véritable est profondément simple mais demeure en même temps infiniment compliquée. Elle satisfait profondément l’Esprit en l’homme mais fruste l’âme et mène la chair à la mort. Elle est en même temps nécessaire pour l’homme mais terrible pour la chair, pourtant, c’est la plus grande expérience spirituelle qu’un mortel puisse vivre. Pourquoi ? Parce que Dieu a choisi l’Eglise ( ekklesia) dans sa véritable expression afin de révéler la gloire et les richesses de son Fils, le Seigneur Jésus Christ et d’emmener sur la terre la relation particulière qui existe au sein de la Trinite.

 


Je partage avec vous un exemple vivant.


J’ai été élevé dans un foyer chrétien et me rendais à l’Eglise à chaque fois que ses portes étaient ouvertes. Je savais comment vivre et me comporter comme un chrétien. Plus tard au lycée,
j’ai rencontré des chrétiens qui ont suscite en moi une passion que je n’aurai jamais crue possible. J’ai vu avec quelle passion et dévouement ils recherchaient Christ et plus encore, ils semblaient le connaitre bien mieux que moi.

 

Les rencontrer m’a permis de prendre conscience de ce que ma foi et ma connaissance de Christ étaient fort maigres. J’ai découvert que bien que j’aimais aller à l’Eglise pour être avec ma famille et mes amis, j’endurais cela comme une obligation à endurer afin de pouvoir me promener avec eux avant et après l’école du dimanche, le culte et les réunions pour jeunes.


Je me tenais assis, sermons après sermons dans l’espérance que cela prenne fin rapidement afin d’aller au restaurant avec mes proches. Juste quelques minutes après le sermon, je ne pouvais déjà plus dire de quoi il avait été question. J’avais déjà clairement entendu que je devais aller davantage à l’Eglise, davantage payer ma dime, davantage lire la Bible et que je devais davantage partager ma foi. Cela a dure jusqu'à ce que je rencontre des chrétiens. J’ai alors réalisé que dans toutes les églises que j’avais fréquentées, je n’avais jamais pu étancher ma soif de Christ. Ces églises m’avaient donné des règles et des prescriptions, au lieu de me donner la vie qu’est Christ. Au lieu de grandir en Christ je mourais dans la vigne, rempli de peur et de honte. Je n’aimais ni parler du Seigneur ni le présenter aux non croyants. Je me demandais souvent " Si je suis un bon chrétien, pourquoi je me sens si loin derrière ? "

 

Plus je demeurais avec ces croyants plus je désirais connaitre Christ comme ils le connaissaient. J’ai commencé à passer plus de temps avec eux et à aller à leurs réunions. Celles-ci étaient gratuites et ouvertes. Il n’y avait ni liturgie, ni clergé. En fait, ils n’en avaient pas besoin. Il y avait pleins de croyants qui avaient expérimenté des choses avec Dieu et qui souhaitaient les partager avec les autres.

Ils n’avaient pas besoin que quelqu’un leur donne la permission de parler. Ils n’avaient pas besoin de personnes qui allaient les charger de fardeaux, de règles, de devoirs. Ils écrivaient la plupart des chansons qu’ils chantaient. Ils priaient ensemble et prenaient le temps de parler l’un après l’autre, spontanément au Seigneur, du fond de leur cœur. Ils se rencontraient comme si Jésus était physiquement dans la pièce. Ils se traitaient comme une famille ou chacun aime l’autre.

 

Après une courte période, j’ai réalisé que cette véritable vie d’Eglise était ce qui manquait atrocement à mon expérience. J’ai commencé à solliciter les réunions avec ces frères. En y allant, je voyais Jésus autrement que juste comme celui qui est mort pour mes péchés. Je le découvrais de manière bien plus profonde.

 

Je n’étais plus du tout satisfait dans le fait de regarder une « performance ». Durant ces réunions véritables, je voulais partager avec les frères et sœurs ce que le Seigneur était en train d’opérer dans ma vie. Au lieu d’être passif, je prenais désormais plaisir à agir et contribuer. Tout le monde avait la liberté d’être différent. Parfois, nous chantions pendant des heures, d’autres fois les membres partageaient ce que Jésus avait fait pour eux cette semaine la, ou encore nous pouvions adorer la magnificence de Dieu en silence. Personne n’avait besoin de nous demander de faire ces choses. Le St Esprit nous conduisait de cette façon et les choses arrivaient spontanément.

 

Souvent, nous mangions tous ensemble comme une famille.

Parfois nous étudions la parole ensemble, d’autres fois, nous nous arrêtions sur des scènes précises de la Bible qui révèlent Christ de manière particulière. Nous nous voyions tout au long de la semaine. On priait ensemble afin d’étudier la parole et de chercher Jésus. Nous le faisions aussi bien le matin, afin de démarrer la journée avec Christ ,que le soir où des frères ouvraient les portes de leurs maisons afin que nous y mangions. Nous avions également des réunions où nous décidions collectivement sur des questions relatives à l’assemblée.

 

Nous avions la responsabilité de prendre soin les uns des autres.

S’il n’y avait pas de besoin spécifique, nous chantions simplement pour le Seigneur en se réjouissant d’être dans sa présence. Si un frère avait un besoin, on cherchait alors les moyens de lui venir en aide. Parfois on faisait des gestes de générosité juste pour le plaisir de le faire. Parfois, les célibataires allaient garder les enfants des parents afin de leur donner une nuit de répit hors de la ville. Si un membre de l’assemblée rentrait de voyage, tout le groupe pouvait se rendre à l’aéroport et c’est en ces lieux que nous pouvions alors prier. 

 

Il y avait toujours un moyen de partager Christ et d’aimer le Seigneur ensemble. Nous avions également des évangélisations spontanées. Dans tout ce que nous faisions, le St Esprit avait la totale liberté de nous conduire dans un sens puis dans un autre. Quand nous étions ensemble, je voyais un Christ glorifié et magnifié. Nous faisions sans cesse des découvertes à son sujet. A chaque fois, je le voyais de manière différente et j’avais le désir de le connaitre davantage.

Les sentiments de culpabilité, de honte et d’indignité avaient disparu. J’avais la passion de connaitre Christ plus profondément. Je ne me meurs plus dans la vigne. J’ai maintenant expérimenté la liberté que les chrétiens peuvent réellement vivre ensemble, de manière véritable, comme l’Eglise primitive.

 

 


Retour

 

 

 

© 2020 Ministère Maranatha 77 "Jésus revient bientôt" | Page d'accueil | Nous contacter