Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. Luc 18:16
MARANATHA77 DANS D'AUTRES LANGUES
LE MESSAGE DU JOUR
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
De la relativisation à la perfection (partie 1)
de DIVERS AUTEURS
LA PENSEE DU JOUR
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Tout pleinement en Christ
Colossiens 2:9-10
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Le discernement spirituel / FRANCK ALEXANDRE
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
MESSAGE TEXTE
Retour
Les titres de Jésus - 2ème partie
de DEREK PRINCE
Le titre que nous allons étudier aujourd’hui se trouve principalement dans les écrits de Jean. C’est la Parole de Dieu... Et Jésus l'Agneau de Dieu... Cela fait partie de la nature de Jésus que Dieu veut travailler en chacun de nous.



Nous continuons d’étudier notre thème, “Les titres de Jésus”. J’ai choisi ce thème dans un but spécifique et pratique : vous aider à concentrer votre cœur et votre esprit sur Celui sans qui nos vies n’auraient pas de véritable sens, Jésus-Christ. Par exemple, pendant la saison de Noël, malheureusement, tant de gens aujourd’hui laissent Christ hors de Noël et donc passent à côté de sa signification réelle et permanente.

 

Avez-vous déjà remarqué qu’aucune référence à Christ n’apparaît dans le terme français Noël, contrairement au terme anglais Christmas? Vraiment, c’est très révélateur. Ainsi, lorsque les gens pensent à Noël, ils ne réalisent pas nécessairement la place de Christ dans cette fête.

 

Une façon pratique de mieux connaître le Christ est d’étudier les titres qui lui sont donnés dans les Écritures. Chaque titre révèle un aspect important de sa merveilleuse nature à multiples facettes. Les deux titres de Christ que nous avons examinés jusqu’à présent sont tous deux tirés d’Ésaïe 9: 6, merveilleux Conseiller et Prince de la paix. Le titre que nous allons étudier aujourd’hui se trouve principalement dans les écrits de Jean. C’est la Parole de Dieu.


 

La Parole de Dieu

 

Regardons tout d’abord le premier verset de l’évangile de Jean. Jean 1: 1:

 

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.”

 

Remarquez dans ce verset que l’expression “la Parole” est utilisée trois fois. Celui ainsi désigné est Jésus dans sa nature éternelle, non pas Jésus le fils de Marie mais Jésus le Fils de Dieu. Celui qui était éternellement avant la création avec Dieu. Celui qui était lui-même Dieu, la deuxième personne de la divinité. Et puis, encore dans Jean 1:14:

 

La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père.”

 

Encore une fois, la Parole est un titre de Jésus. Il est le seul et unique Fils, le Fils éternel engendré, non pas créé mais engendré. Éternel, d’une seule nature et étant avec le Père lui-même et en tant que tel, Lui, la Parole, a été faite chair [c’est l’incarnation, c’est ce que nous célébrons à Noël] et a habité pendant un certain temps parmi nous. Mais, c’est la Parole éternelle qui est entrée dans l’histoire humaine en la personne du petit bébé qui est né dans la crèche de Bethléem et a grandi pour devenir le fils du charpentier.

 

Maintenant, Jésus n’est pas seulement venu une fois comme un bébé, mais les Écritures indiquent clairement qu’Il reviendra avec puissance et gloire pour juger et régner. Et il y a une image très vivante de cela, son futur retour, dans Apocalypse 19: 11-13. Et encore une fois, dans ce contexte, il est appelé la Parole de Dieu. Jean dit ceci:

 

Puis je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc. Celui qui le monte s’appelle Fidèle et Véritable [c’est Jésus], il juge et combat avec justice. Ses yeux sont une flamme de feu ; sur sa tête (se trouvent) plusieurs diadèmes ; il porte un nom écrit, que nul ne connaît, sinon lui, et il est vêtu d’un manteau trempé de sang. Son nom est la Parole de Dieu.”

 

Donc le voilà de nouveau dans sa glorieuse majesté, venant juger et régner, portant de très nombreuses couronnes (diadèmes, couronnes royales); vêtu d’un manteau trempé de sang [ce qui parle de son propre sacrifice sur la croix] et son Nom est la Parole de Dieu. Ce mot grec qui se traduit par « parole » est logos, un mot qui est assez fréquemment utilisé aujourd’hui dans divers contextes. Nous devons comprendre un peu plus ce mot logos.

 

Je me souviens avoir rencontré un prêtre grec orthodoxe qui est maintenant un de mes amis et dont la langue maternelle était le grec. J’ai aussi étudié le grec moi-même depuis l’âge de 10 ans. Et cet ami m’a donné une leçon sur la signification du mot logos que je n’ai jamais oublié. “Logos n’est pas seulement une parole dite”, disait-il, “Logos signifie esprit, cela signifie conseil, cela signifie une compréhension entière.” Et c’est ce que Jésus est. Il n’est pas seulement une parole dite, mais il est le total esprit et conseil de Dieu. Tout ce que Dieu sait, tout ce que Dieu veut dire, tout ce que Dieu veut faire est tout enveloppé en Jésus, la Parole de Dieu.

 

Les paroles sont le moyen de communication suprême. Sans paroles, nous pouvons utiliser des signes et des gestes, nous pouvons exprimer certains sentiments de base, nous pouvons communiquer certains besoins de base; mais sans paroles, nous ne pourrons jamais communiquer le vrai contenu de notre cœur. Nous ne pouvons pas vraiment dire ce que nous voulons dire. Nous ne pouvons pas exprimer des sentiments et des désirs profonds et intimes et parler des choses qui valent vraiment la peine d’être discutées, intéressantes, stimulantes, enrichissantes. Et donc, Jésus est la Parole de Dieu. Dieu se révèle de nombreuses façons, dans la création, dans l’histoire et d’autres manières. Mais quand Dieu veut vraiment dire ce qui est dans son cœur, il n’a qu’une seule façon de le dire: il le dit en Jésus. Jésus est la révélation complète et ultime de Dieu. Lui seul connaît totalement Dieu.

 

Regardons la description dans Hébreux 1: 1-3 de qui Jésus est dans sa nature éternelle.

 

« Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu nous a parlé par le Fils en ces jours qui sont les derniers… »

 

Il y a une signification dans le mot « dernier ». Jésus est la dernière Parole de Dieu. Les prophètes avaient beaucoup à dire mais quand Dieu a voulu tout dire, tout résumer, Il a envoyé Son Fils. Voici comment le Fils est décrit:

 

« …Il l’a établi héritier de toutes choses, et c’est par lui qu’il a fait les mondes. Ce Fils, qui est le rayonnement de sa gloire et l’expression de son être, soutient toutes choses par sa Parole puissante ; après avoir accompli la purification des péchés, il s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts »

 

Il y a sept déclarations sur le Fils. Il est l’héritier de toutes choses. Tout va s’accomplir par lui. Il a fait l’univers, à travers lui, Dieu a créé l’univers, lui-même étant non créatif. Il est le rayonnement de la gloire de Dieu, la façon dont la gloire de Dieu entre dans nos vies. La représentation exacte de son être, la façon dont nous apprenons à connaître Dieu tel qu’il est. Vous vous souvenez que Jésus a dit à un moment donné : « Celui qui m’a vu a vu le Père. » Il soutient toutes choses par sa Parole puissante, c’est lui qui soutient toute la création. Et puis deux faits sur notre rédemption. Il a purifié les péchés par sa mort sur la croix. Cela fait, il s’est assis à la droite de la majesté divine, à la place de toute autorité, puissance et gloire.

 

Ainsi, Jésus est la Parole de Dieu. La révélation et le déploiement pleins et complets de tout ce que Dieu est, de tout ce que Dieu veut dire. Et permettez-moi de souligner que sans révélation, l’homme ne peut pas connaître Dieu.

 

J’étais à une époque philosophe professionnel, professeur de philosophie et j’ai étudié de nombreux systèmes philosophiques dans lesquels les philosophes essayaient par un simple raisonnement naturel d’arriver à comprendre s’il y avait un Dieu et si oui, à quoi ressemblait Dieu. Et savez-vous ce que j’ai découvert ? Chacun d’eux est arrivé à une conclusion différente. Ce que j’ai appris de cela, c’est que le simple raisonnement et l’intelligence humaine ne peuvent pas nous donner une image vraie ou exacte de Dieu. Donc, nous dépendons de la révélation souveraine de Dieu lui-même si nous voulons savoir qui est Dieu et à quoi Il ressemble. Et cela a plu à Dieu de nous donner cette révélation totale de lui-même en la personne de don Fils, la Parole faite chair, celui en qui Dieu a dit tout ce qu’Il a à dire. Et donc, Jésus est cette révélation de Dieu, la Parole de Dieu, celle qui nous montre à quoi ressemble vraiment Dieu, celle qui révèle le cœur et la nature et l’être mêmes de Dieu, celle qui nous révèle la miséricorde de Dieu, la fidélité de Dieu, la sagesse de Dieu, celle qui nous donne une véritable image de Dieu. Jésus nous dit et nous montre à quoi ressemble vraiment Dieu.

 

Et puis il y a une autre conclusion importante: Jésus est la dernière Parole de Dieu. Il est la révélation complète et finale. Si vous rejetez cette révélation, vous ne pouvez pas vous attendre à entendre parler de Dieu d’une autre manière. Il n’y a pas d’autre moyen. Jésus a dit: « Je suis LE chemin. Aucun homme ne vient au Père que par moi. » Vous ne pouvez pas rejeter Jésus et venir au Père. Recevez-le, croyez en lui, ouvrez-lui votre cœur et votre esprit aujourd’hui. Et Il vous montrera la vraie nature de Dieu. Vous ne tâtonnerez pas, vous ne vous poserez pas de questions, vous aurez une compréhension claire, une révélation toujours croissante et plus lumineuse de la vraie nature et de la personne de Dieu.

 

Que Dieu vous aide à le faire aujourd’hui si vous ne l’avez jamais fait auparavant.

 

 

L’Agneau de Dieu

 

Jean-Baptiste a été envoyé avant Jésus comme son précurseur pour préparer le chemin avant lui. Et quand le moment est venu pour Jean de présenter publiquement Jésus à Israël, c’est ainsi qu’il l’a décrit, l’Agneau de Dieu. Regardons le récit dans Jean 1: 29-31.

 

« Le lendemain, il [c’est Jean-Baptiste] vit Jésus venir à lui et dit : Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. C’est celui dont j’ai dit : Après moi vient un homme qui m’a précédé, car il était avant moi ; et moi, je ne le connaissais pas, mais, afin qu’il soit manifesté à Israël, je suis venu baptiser d’eau. »

 

Ainsi, Jean-Baptiste est venu préparer Israël et leur révéler le Messie. Et quand il leur a donné cette révélation, la phrase qu’il a utilisée était « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde ! » Qu’est-ce que ce titre, ce titre spécifique, « l’Agneau de Dieu » nous dit sur Jésus ?

 

Je vous suggère qu’il y a trois associations principales dans l’Écriture pour un agneau. Et rappelez-vous qu’Israël connaissait très bien cette créature particulière, l’agneau. Il a joué un rôle absolument unique dans leur histoire depuis leur exode d’Égypte. Donc, il n’y avait pas un seul Israélite là-bas écoutant Jean pour qui ce terme agneau n’avait pas une signification très particulière.

 

Voici les trois associations que je vois chez l’agneau.

-         Tout d’abord, l’agneau est une image de douceur. L’agneau n’est pas un animal qui se bat. Il n’a ni serres, ni griffes, ni crocs. C’est un animal doux. –

-          Deuxièmement, c’est une image de pureté. Vous sortez dans les champs au printemps et regardez les agneaux nouveau-nés et ils ont l’air si blancs et propres et moelleux. Il y a quelque chose en eux qui vous donne envie de les prendre et de les caresser. Vous aimez ce blanc pur.

-         Et puis, l’agneau – et c’est le plus important de tous – dans l’histoire d’Israël était le sacrifice désigné par Dieu pour assurer la rédemption et la protection. Pour le peuple juif, l’agneau était particulièrement associé à l’une de leurs fêtes religieuses les plus solennelles et les plus importantes, celle qui est encore célébrée dans le monde entier aujourd’hui par le peuple juif, la Pâque.

 

Voici le récit original de la façon dont Dieu voulait qu’Israël célèbre la Pâque, telle qu’elle a été donnée à Israël par Moïse. Il est cité dans Exode 12: 21-23. Et vous verrez que toute la Pâque telle qu’ordonnée à l’origine par Dieu se centre autour d’un agneau. Sans agneau, il ne peut y avoir de Pâque comme elle a été initialement ordonnée par Dieu par Moïse.

 

« Moïse appela tous les anciens d’Israël et leur dit : Allez prendre du petit bétail pour vos familles, et immolez la Pâque. Vous prendrez ensuite un bouquet d’hysope, vous le tremperez dans le sang qui sera dans le bassin, et vous toucherez le linteau et les deux poteaux (de la porte) avec le sang qui sera dans le bassin. Nul de vous ne sortira de sa maison jusqu’au matin. Quand l’Éternel traversera l’Égypte pour frapper et qu’il verra le sang sur le linteau et sur les deux poteaux, l’Éternel passera par–dessus la porte et ne laissera pas le destructeur entrer dans vos maisons pour (vous) frapper. »

 

Ainsi, l’entière délivrance d’Israël du jugement et de la colère dépendait de l’agneau et de son sang. Et ils ont dû appliquer le sang sur l’extérieur de la maison où ils vivaient. Ce mot Pâque est intéressant. En hébreu, c’est Pessa’h. Tout récemment, j’étudiais l’hébreu à l’Université hébraïque de Jérusalem. Pendant que nous étions là-bas, nous avons lu le récit d’un ouragan qui s’approchait de notre maison dans le sud-est de la Floride et, bien sûr, nous priions sincèrement et Dieu a fait une chose merveilleuse. Juste au dernier moment où l’ouragan était à environ une heure de route, sans aucune raison évidente, il a changé de cap et est passé par notre ville d’origine sans faire de dégâts. De façon assez intéressante, dans notre classe, nous étudiions un journal hébreu qui rapportait cet incident et quand il a parlé de l’ouragan qui passait, il a utilisé le mot frumpesach, le même mot-racine. Et les autres élèves de la classe ont dit: « Qu’est-ce que cela signifie ? » Et j’ai dit : « Vous devez savoir ce que cela signifie. C’est le mot pour la Pâque. » Et ils ont dit « Oh, je vois. » Donc, c’était une illustration si vivante pour moi de ce que signifie la Pâque. Cela signifie que l’ouragan de la colère et du jugement de Dieu qui aurait dû descendre a été détourné et passé à cause du sang de l’Agneau pascal.

 

Cette image de l’agneau s’est accomplie en Jésus. Tout d’abord, nous avons une image prophétique dans Ésaïe 53: 7:

 

« Il a été maltraité, il s’est humilié Et n’a pas ouvert la bouche, Semblable à l’agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a pas ouvert la bouche. »

 

Il y a de nombreuses années, je travaillais dans une ferme avec des moutons. Et j’ai remarqué à quel point c’est incroyablement précis. Lorsque vous prenez un mouton pour être tondu, il bêlera fort jusqu’à ce que vous preniez les ciseaux et que vous commenciez à arracher la laine. Et, à ce moment, le mouton devient absolument silencieux. Il a été maltraité, il s’est humilié Et n’a pas ouvert la bouche, Semblable à l’agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent ; Il n’a pas ouvert la bouche.

 

« Les principaux sacrificateurs et tout le sanhédrin cherchaient un témoignage contre Jésus pour le faire mourir, et ils n’en trouvaient pas ; car plusieurs rendaient de faux témoignages contre lui, mais les témoignages ne concordaient pas. Qu’est–ce que ces gens témoignent contre toi ? Jésus garda le silence et ne répondit rien. »

 

Il était là, une brebis muette devant ceux qui la tondent. Et puis encore, la même chose devant Pilate, le gouverneur romain. Marc 15: 3-5:

 

« Les principaux sacrificateurs portaient contre lui plusieurs accusations. Pilate l’interrogea de nouveau : Ne réponds–tu rien ? Vois tout ce dont ils t’accusent. Et Jésus ne fit plus aucune réponse, ce qui étonna Pilate. »

 

C’est l’Agneau de Dieu. Le sang de l’agneau pascal a racheté Israël hors d’Égypte, mais le sang de Jésus, l’Agneau de Dieu, fournit la rédemption éternelle à tous ceux qui croient. Ceci est clairement énoncé plusieurs fois dans le Nouveau Testament. Par exemple, dans Hébreux 9: 11-12.

 

« Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait qui n’est pas construit par la main de l’homme, c’est–à–dire qui n’est pas de cette création ; et il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang. C’est ainsi qu’il (nous) a obtenu une rédemption éternelle. »

 

Vous voyez, le sang de Jésus a obtenu la rédemption éternelle pour chaque croyant. Et puis à nouveau dans 1 Pierre 1: 18-19:

 

« Vous savez en effet que ce n’est point par des choses périssables – argent ou or – que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre, héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache. »

 

Il a fallu le sang de Jésus, l’Agneau de Dieu, le Fils éternel sans péché de Dieu pour assurer la rédemption éternelle. Le sang de l’agneau pascal était un type, une image. Il a fourni un rachat temporaire. Il devait être renouvelé chaque année. Mais quand Jésus a versé son sang et est entré dans le Saint des saints, c’était une fois pour toutes. Cela n’a jamais dû être répété. Il avait obtenu la rédemption éternelle.

 

Et enfin, voyons que la nature de Jésus en tant qu’Agneau de Dieu nous donne un exemple et un modèle que nous devons apprendre à suivre dans nos vies. 1 Pierre 2: 21-23:

 

« C’est à cela, en effet, que vous avez été appelés, parce que Christ lui aussi a souffert pour vous et vous a laissé un exemple, afin que vous suiviez ses traces ; lui qui n’a pas commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est pas trouvé de fraude ; lui qui, insulté, ne rendait pas l’insulte ; souffrant, ne faisait pas de menaces, mais s’en remettait à Celui qui juge justement »

 

Il est là, l’Agneau de Dieu immaculé, doux, immobile devant ses accusateurs, sans défense ni représailles. C’est la nature de l’agneau dans le Fils de Dieu. Et Dieu montre très clairement que nous qui sommes croyants et disciples de Jésus devons reproduire cette nature d’agneau. Il nous a donné l’exemple que nous devons suivre dans ses pas. Il n’a commis aucun péché, aucune fraude n’a été trouvée dans sa bouche. Quand ils lui ont lancé leurs insultes, il n’a pas riposté. Lorsqu’il a souffert, il n’a fait aucune menace. Cela fait partie de la nature de Jésus que Dieu veut travailler en chacun de nous.

 

Dans notre prochaine lettre, nous commencerons à étudier un autre beau titre de Jésus, le Lion de la tribu de Juda. (A suivre).

 

Par Derek Prince

Source : https://derekprince.fr

 


Retour

 

 

 

© 2017 Ministère Maranatha 77 "Jésus revient bientôt" | Page d'accueil | Nous contacter