Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton oeil, et alors tu verras comment ôter la paille de l'oeil de ton frère. Matthieu 7:5
Vidéo du jour
Dieu a fermé leurs yeux 1/2 | RAYMOND BOURGIER | Résumé
Enseignement du jour
Le don de discernement des esprits - Partie 2 | FRANCK ALEXANDRE | Résumé
Édification du jour
Viens et vois
CHEMINS DE VIE
Voir le Résumé
Maranatha77 en d'autres langues
Pensée du jour
Message du jour
Portes Ouvertes
Torrent d'Amour
Blog
Torrent d'amour
Amour en action
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
MESSAGE TEXTE
Retour
Une seule oeuvre est nécessaire!
de HENRI VIAUD-MURAT
« L’oeuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé » (Jean 6: 28-29). Croire en Jésus, donc en Sa Parole, est la seule oeuvre que Dieu nous demande d’accomplir! Et c’est simplement en croyant en Jésus que nous pouvons recevoir tout ce qu’Il est venu nous offrir!


(Ce message est une suite au message précédent B333 publié ).

Un jour, les Juifs ont demandé au Seigneur Jésus ce qu’ils devaient faire, pour faire les oeuvres de Dieu. Jésus leur répondit: « L’oeuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé » (Jean 6: 28-29). Croire en Jésus, donc en Sa Parole, est la seule oeuvre que Dieu nous demande d’accomplir! Et c’est simplement en croyant en Jésus que nous pouvons recevoir tout ce qu’Il est venu nous offrir!

Devant la tombe de Lazare, Jésus a dit à Marie: « Ne t’ai-je pas dit que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu? » (Jean 11: 40).

En d’autres termes: « Crois d’abord, et tu verras ensuite! » On pourrait dire aussi: « Crois d’abord, et tu recevras ensuite! »

Cela rejoint ce que Jésus a dit par ailleurs:

« Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez » (Matthieu 21: 22).

Il ne s’agit pas de croire ou de demander n’importe quoi et n’importe comment! Mais il s’agit de croire ce que Dieu nous a annoncé, ou de Lui demander avec foi ce que Sa Parole nous a promis de nous donner.

« Demander avec foi » signifie que l’on est pleinement convaincu que nous obtenons de Dieu ce que nous Lui avons demandé, au moment même où nous avons prié, tout simplement parce que ce que nous avons demandé est en accord avec ce qu’Il nous a promis.

Comment Dieu pourrait-Il refuser de nous donner ce qu’Il nous a promis? S’Il nous l’a promis, n’est-ce pas pour que nous puissions le recevoir et en bénéficier?

Si nous savons que c’est Dieu qui parle, et qu’Il S’adresse à nous personnellement, nous n’avons aucune raison de ne pas Le croire!

Par ailleurs, quand il s’agit, non pas de promesses futures, mais de bénédictions que Dieu affirme nous a voir déjà données, aurions-nous même besoin, dans ce cas, de Le prier de nous donner ces bénédictions, alors qu’Il nous a Lui-même dit qu’Il nous les a déjà données?

Non! Il nous suffit de prendre avec reconnaissance ce qui nous a été offert!

Si quelqu’un vous dit qu’il est venu vous offrir un cadeau qu’il vous a acheté, commenceriez-vous à le prier de vous le donner? Vous mettriez-vous à genoux pour le supplier de vous l’offrir? Alors qu’il vient de vous dire que ce cadeau est pour vous? Non, ce serait ridicule, et cela pourrait même offenser celui qui vient vous offrir ce cadeau!

C’est pourtant ce que font beaucoup de chrétiens! Ils passent souvent leur temps à supplier Dieu de leur donner ce que Dieu leur a déjà donné, ce qui leur appartient déjà!

De trois choses l’une: il s’agit soit d’un dérangement mental profond, soit d’une ignorance complète de ce que Dieu leur a donné, soit encore du fait qu’ils n’ont pas cru ce que Dieu leur a dit, parce qu’ils n’ont pas d’abord vu le cadeau annoncé.

Dans tous les cas, le résultat sera le même, ils ne recevront pas le cadeau offert par Dieu, non pas parce que Dieu ne voulait pas le leur donner, mais parce qu’ils n’ont pas d’abord cru que Dieu le leur avait donné, que ce soit par ignorance, ou par incrédulité.

Quand nous croyons que nous possédons dès maintenant ce que nous avons demandé dans la prière, ou une bénédiction que Dieu affirme nous avoir déjà donnée en Christ, cela signifie que nous sommes pleinement convaincus que nous possédons déjà, et que nous verrons donc se manifester, ce que nous avons demandé, ou ce que nous avons saisi par la foi, simplement parce que nous faisons pleine confiance à Dieu pour qu’Il tienne Sa Parole!

Les très nombreuses bénédictions que Christ nous a acquises par Son sacrifice à la croix nous appartiennent dès à présent, uniquement par la grâce de Dieu! Il s’agit de « dons gratuits »!

Nous attendons souvent que Dieu nous exauce ou nous bénisse, alors que c’est Dieu qui attend que nous recevions Ses bénédictions! Et comment les recevoir? En croyant qu’Il nous les a données! Crois, et tu recevras!

Par définition, un don est nécessairement gratuit! Sinon, ce serait un salaire, ou la récompense d’un mérite.

Dieu sait que nous ne méritions rien, sinon d’âtre jugés et condamnés! C’est uniquement parce que le Fils de Dieu, le Seigneur Jésus, S’est chargé sur la croix de tout ce qui nous condamnait, et parce qu’Il a été jugé à notre place, que nous pouvons recevoir en échange la pleine bénédiction divine!

C’est pour cela que cette Parole s’adresse à tous:

« Le dernier jour, le grand jour de la fête, Jésus, se tenant debout, s’écria: Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive couleront de son sein, comme dit l’Ecriture. Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié » (Jean 7: 37-39).

Comprenez-vous que « boire » signifie « croire en Jésus, » et que Jésus offre gratuitement cette eau vive à tous ceux qui viennent à Lui en croyant ce qu’Il a dit?

Cette parole est répétée dans l’Apocalypse:

« Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement » (Apocalypse 22: 17).

Nous ne sommes pas habitués à recevoir de tels cadeaux gratuits! Les traditions humaines et les fausses religions nous ont conditionnés à travailler dur pour mériter notre salut ou obtenir de Dieu ce dont nous avons besoin!

Dieu veut nous débarrasser complètement de toute mentalité de mérite, ou de tout esprit de performances à exécuter pour obtenir quoi que ce soit de Lui!

Tout ce que Christ nous a acquis par Son sacrifice est entièrement gratuit et à la disposition de tous! Mais le Seigneur exige que nous remplissions une seule condition, toute simple, pour nous emparer de toutes ces bénédictions!

Cette seule et unique condition, c’est la foi en Sa Parole!

Aucune autre condition n’est exigée! Si vous avez foi en Sa Parole, cela suffit à Dieu pour vous exaucer! Il ne vous demandera pas de mettre d’abord votre vie en règle, de payer votre dîme (surtout que vous n’avez pas à la payer!), d’être fidèles aux réunions de l’église, etc…

Si vous avez des choses à régler, Dieu vous demandera tôt ou tard de les régler. Mais Il ne vous privera jamais d’un exaucement, si vous avez foi en Sa Parole, même si vous n’avez pas encore tout réglé dans votre vie!

Quand Jésus guérit un malade en lui disant: « Ta foi t’a guéri! », il est probable que ce malade avait bien des choses à régler dans sa vie! D’autant plus que tous ces malades étaient des pécheurs, Juifs ou païens. Le Seigneur ne leur a même pas demandé de se convertir avant de les guérir! Il les a guéris, simplement parce qu’ils croyaient qu’Il allait les guérir.

Avoir foi en la Parole de notre Dieu signifie donc que nous Lui faisons entièrement confiance. Et Dieu est très sensible à la confiance que nous Lui accordons, car, pour Lui, c’est le signe que nous L’aimons!

Nous faisons naturellement confiance aux personnes que nous aimons!

Dieu est amour. Il nous aime d’un amour éternel et infini. Et nous pouvons comprendre qu’Il recherche Lui-même à être aimé pour ce qu’Il est. Car un amour partagé est la source de la plus grande joie, même pour notre Dieu!

En effet, quelle joie peut-il y avoir à aimer quelqu’un qui ne nous aime pas? C’est même la plus grande souffrance qui soit! Mais lorsqu’un amour est partagé, quel bonheur!

Le coeur de Dieu est profondément attristé lorsqu’Il constate que les hommes en général, et tout particulièrement Ses enfants, ne croient pas en Sa Parole!

« Ce peuple m’honore des lèvres, mais son coeur est éloigné de moi » (Matthieu 15: 8).

Mais quelle joie nous procurons à notre Seigneur, lorsqu’Il constate que nous Lui faisons confiance, et que nous croyons en Sa Parole, avant même d’avoir pu voir ou toucher ce qu’Il nous a promis ou annoncé!

C’est parce qu’Abraham crut à la promesse de Dieu, malgré toutes les circonstances contraires, qu’il a pu être appelé « ami de Dieu » (Jacques 2: 23).

Une telle confiance, répétons-le, signifie que nous sommes pleinement convaincus que nous possédons déjà, après avoir prié, ce que Dieu nous a promis, ou ce que nous avons saisi par la foi, parce que nous avons compris que cela nous appartenait.

Toutefois, entre le moment où nous avons saisi par la foi une promesse de Dieu, et le moment où elle se manifeste concrètement, le malin va souvent tenter de mettre notre foi à l’épreuve. Il veut nous faire douter de l’exaucement, parce qu’il sait que si nous doutons, si nous tombons dans l’incrédulité, nous ne serons pas en mesure de recevoir concrètement ce que Dieu nous avait pourtant donné.

Dans le cas de la guérison de nos maladies, par exemple, celui qui est notre ennemi va provoquer dans notre corps toutes sortes de symptômes inquiétants, pour nous faire croire que nous sommes malades, alors que le Seigneur affirme qu’en Christ nous sommes déjà guéris (Esaïe 53: 4-5; Matthieu 8: 17; 1 Pierre 2: 24).

Nous devons donc apprendre à garder nos yeux fixés en permanence sur le Seigneur et Sa Parole, et à ne jamais nous laisser impressionner par toutes les choses visibles ou sensibles qui semblent contredire la Parole de Dieu.

Et lorsque nous avons cru que nous sommes guéris par les meurtrissures de Jésus, avant même que tous les symptômes aient disparu, nous ne devons jamais essayer de trouver des confirmations de notre guérison en surveillant l’évolution de ces symptômes. La seule confirmation dont nous avons besoin, nous la trouvons dans la Parole de Dieu, et en elle seule.

Nous ne devons pas être encouragés si les symptômes diminuent, ni être découragés s’ils augmentent! Cela n’a rien à voir avec la Parole du Seigneur, qui reste la même, et qui est toujours digne de confiance, quels que soient les symptômes et leur évolution!

Lorsque nous croyons que nous sommes guéris, simplement parce que Dieu nous l’affirme dans Sa Parole, nous n’avons rien d’autre à faire! Nous sommes dans la paix, parce que nous savons que nous sommes guéris, sans plus nous occuper de ce que nous ressentons au niveau de notre corps ou de notre âme.

Et Dieu, qui est Fidèle, veille toujours sur Sa Parole pour la confirmer dans la vie de ceux qui la gardent dans leur coeur!

Il y a une grande différence entre le fait d’être convaincu que l’on va guérir, et le fait d’être convaincu que l’on est déjà guéri!

Etre convaincu que l’on va guérir, cela reste au niveau d’une l’espérance future, mais ce n’est pas encore la foi. La foi, c’est être convaincu que l’on est déjà guéri maintenant par les meurtrissures du Seigneur Jésus, parce que c’est Dieu qui le dit. Et si nous gardons cette conviction, nous verrons toujours se manifester la pleine guérison.

Cette conviction paisible est le signe que nous avons reçu notre guérison dans l’invisible, sans plus nous occuper des symptômes encore présents. Le fait d’avoir cette certitude tue la maladie à sa racine! Tous les symptômes ne peuvent alors que disparaître, que ce soit instantanément ou progressivement.

C’est exactement la même chose en ce qui concerne le salut. Si nous croyons que Dieu « va nous sauver, » c’est que nous ne sommes pas encore sauvés! Tandis que si nous croyons que nous possédons déjà le salut, parce que nous nous sommes repentis de nos péchés et que nous avons accepté le Seigneur Jésus comme notre Sauveur, alors nous sommes effectivement sauvés.

Nous ne devons surtout pas examiner ce que nous ressentons, pour croire que nous sommes sauvés! Notre seule foi en la Parole de Dieu nous suffit! Si, après que nous ayons reçu le Seigneur Jésus comme notre Sauveur, le malin réussit à nous faire croire que nous ne sommes pas sauvés, parce qu’il nous fait « ressentir » que nous ne le sommes pas, nous pouvons être plongés dans de terribles tourments!

« Celui qui croit au Fils a (maintenant) la vie éternelle » (Jean 3: 36).

Puisque nous avons été capables de faire cet acte de foi, en ce qui concerne notre salut, qui est pourtant invisible, nous pouvons donc faire le même acte de foi, en ce qui concerne notre guérison, lorsqu’elle n’est pas encore manifestée!

« Car nos légères afflictions du moment présent produisent pour nous, au delà de toute mesure, un poids éternel de gloire, parce que nous regardons, non point aux choses visibles, mais à celles qui sont invisibles; car les choses visibles sont passagères, et les invisibles sont éternelles » (2 Corinthiens 4: 17-18).

Nos « légères afflictions » sont toutes les choses négatives que nous pouvons subir. Mais si nous ne laissons pas ces choses négatives nous faire tomber dans l’incrédulité, et si nous continuons à regarder aux choses invisibles (à la Parole et aux promesses de Dieu), ces choses négatives vont produire pour nous un poids éternel de gloire, parce qu’elles ne nous ont pas empêchés de rester dans la foi, et que nous verrons alors la gloire de Dieu!

Quand nous sommes malades, ce ne sont pas les symptômes de la maladie qui doivent être notre Vérité, mais c’est la Parole du Seigneur, qui nous dit que nous sommes guéris par les meurtrissures de Jésus!

Les symptômes ne sont qu’une réalité sensible sur le plan matériel. Mais la Parole du Seigneur est la seule Vérité, qui règne sur le plan spirituel.

Pour que cette Vérité passe du plan spirituel au plan matériel, nous devons y attacher notre foi, et rester fermes dans cette foi, jusqu’à ce que la Parole de Dieu se manifeste concrètement.

C’est cette Vérité qui nous libère, tout d’abord dans notre coeur, qui reste dans la paix, puis dans notre corps, lorsque tous les symptômes finissent par disparaître.

C’est ainsi que nous pouvons encore ressentir des symptômes, mais si nous savons que nous sommes guéris, nous les verrons toujours disparaître, parce que nous avons persévéré dans la foi.

N’oublions donc jamais ceci:

– Un désir profond de recevoir une bénédiction de Dieu n’est pas la foi!

– Une espérance ferme n’est pas non plus la foi!

La foi, c’est la tranquille certitude que nous possédons dès à présent, sans le voir encore, ce que nous avons demandé au Seigneur, ou ce que nous avons saisi par la foi, parce que Dieu nous a dit que cela nous appartenait.

Dieu est Fidèle à Sa Parole! Oui, Il est Fidèle à Sa Parole!

– Si Dieu nous dit qu’Il a fait quelque chose, c’est qu’Il l’a fait!

– Si Dieu nous dit qu’Il fera quelque chose, c’est qu’Il le fera!

– Si Dieu nous dit que nous sommes sauvés en croyant à Son Fils Jésus, c’est que nous sommes sauvés!

– Si Dieu nous dit que nous sommes guéris par les meurtrissures de Son Fils Jésus, c’est que nous sommes guéris!

– Si Dieu nous dit qu’Il nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ, c’est qu’Il nous a bénis! (Ephésiens 1: 3).

Il nous suffit tout simplement de croire à tout cela, pour que tout cela se manifeste dans notre vie!

Combien tout devient simple, lorsque nous comprenons que la seule condition que Dieu exige de nous, pour nous permettre de recevoir toutes les bénédictions que Christ nous a acquises à la croix, c’est simplement de croire que nous les possédons déjà, sans aucunement les avoir méritées, et même si tous nos sens nous disent le contraire!

Si la tempête devient trop forte, au niveau de ce que nos sens nous disent, et si nous réalisons que nous commençons à couler, parce que nous avons laissé la crainte nous envahir, faisons comme Pierre lorsqu’il a commencé à couler, après avoir marché sur l’eau, crions à Jésus, et Il nous relèvera aussitôt, avant même de nous faire le moindre reproche, à cause de notre incrédulité!

Et si, les yeux fixés sur le Seigneur Jésus, nous restons fermes dans la foi, au milieu de toutes les tempêtes, en nous appuyant toujours sur Lui, et en continuant à compter sur Sa fidélité à Sa Parole, nous verrons toujours la gloire de Dieu!

Article de Henri Viaud-Murat (B334 – Suite du B333)

Source : https://bloghvm.wordpress.com


 

 


Retour

 

 

 

© 2020 Ministère Maranatha 77 "Jésus revient bientôt" | Page d'accueil | Nous contacter