Tout ce que vous faites, faites-le de bon coeur, comme pour le Seigneur et non pour les hommes. Colossiens 3:23
  • ACCUEIL
  • QUI SOMMES-NOUS ?
  • NOUS CONTACTER
MARANATHA77 DANS D'AUTRES LANGUES
LE MESSAGE DU JOUR
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
La paix de l’âme
de SADHOU SUNDAR SINGH
LA PENSEE DU JOUR
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
Une petite inquiétude ?
Cantique des Cantiques 2 : 15
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
MESSAGE TEXTE
Retour
Le terrible Déluge de Noé
de DIVERS AUTEURS
Un autre jugement grand et terrible se profile certainement juste devant nous. Comme Dieu a fourni une Arche de Refuge dans les jours de Noé, Il nous invite également tous à trouver un abri éternel et un refuge dans une relation personnelle avec son Fils, le Seigneur Jésus-Christ.

LA PHYSIQUE ET LA BIBLE

Le terrible Déluge de Noé


Avant la chute

La terre après la création n’est nulle part décrite comme un endroit de volcans fumants, de fumées sulfureuses et de violents tremblements de terre.  L’apôtre Pierre dit tout simplement « …de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau. » (2 Pierre 3: 5).  Le but de la création était de créer un environnement, un habitat pour l’homme.  En fait, l’univers a été conçu pour être géré et gouverné par l’homme (Genèse 1:26-31, Hébreux 2:6-8).  Tout cela a changé en ce qui nous concerne ; Adam a été déchu de sa place d’intendant de la création.  Le monde dans lequel nous vivons a été ruiné et la race humaine, dans sa rébellion permanente contre Dieu, continue à exiger les interventions de Dieu quand Il appelle les hommes devant les tribunaux du jugement.  Le dernier jugement majeur de Dieu était le Déluge de Noé et ce grand désastre était en fait, il n’y a pas très longtemps, dans l’histoire de notre race.

Soixante et un pour cent de la surface de la terre aujourd’hui est effectivement de l’eau et les océans ont en moyenne 3,8 kilomètres de profondeur.  Seulement 29 pour cent de la surface de la terre est terrestre, dont l’élévation moyenne est seulement de 623 mètres !  Si tous les continents et les terres émergées étaient rasés dans la mer à l’aide d’un bulldozer géant, près de deux miles d’eau recouvriraient la totalité de notre terre.  Les glaciers et les calottes glaciaires détiennent environ deux pour cent de l’eau de la terre ; S’ils devaient tous fondre, le niveau des mers dans le monde augmenterait de 40 mètres et ce serait un gros problème pour de nombreuses grandes villes situées au niveau de la mer si cela devait arriver. L’atmosphère terrestre d’aujourd’hui détient environ deux pouces de l’eau précipitable et ceci est constamment renouvelé par le cycle hydrologique.

 Avant le déluge

La terre d’avant le déluge de Noé était un endroit très différent !  Nos longues années de lavage éducationnel de cerveau dans la mythologie de la théorie évolutionniste et de la théorie de la terre vieille nous ont endormis envers le témoignage clair de la Bible que l’intervention de Dieu dans les affaires humaines à l’époque de Noé, le dixième homme depuis Adam, a changé les choses pour toujours sur notre planète.  Puisque les chronologies de l’Ancien Testament sont en fait tout à fait complètes, nous pouvons dater le Déluge probablement entre 2500 et 3400 avant Jésus-Christ en fonction de notre choix du texte hébreu massorétique ou de la Septante grecque de l’Ancien Testament, respectivement.  La terre d’avant le Déluge semble avoir possédé un climat sub-tropical uniforme.  Il n’y avait probablement aucune pluie, pas de glace et de neige, et aucun grand changement saisonnier.  (Par exemple, des fossiles de palmiers ont été trouvés en Alaska, des mammouths des climats chauds congelés en Sibérie et du charbon en Antarctique.) Les océans auraient été beaucoup plus chauds, et les rivières et les ruisseaux de la terre pouvaient certainement provenir de sources puissantes, comme la source qui alimentait les quatre fleuves de l’Éden.

 Je souscris personnellement à un modèle de canopée de vapeur dans l’atmosphère de la terre avant le déluge, qui aurait pu fournir un effet de serre pour un climat doux dans le monde entier.  Mais, les modèles de canopée de vapeur sont très limités par les considérations thermodynamiques de base.  Dans son étude classique, Joseph Dillow a suggéré une pression atmosphérique avant le Déluge au niveau de la mer à deux fois la valeur actuelle, une grande aide pour le Pteranadon, un reptile volant disparu, qui ne pourrait probablement pas décoller du sol dans l’atmosphère d’aujourd’hui.  Mais, trop de vapeur d’eau dans la haute atmosphère, avant le Déluge, aurait obscurci les étoiles, et même le soleil et la lune en raison de la couverture nuageuse perpétuelle.  Et, pour que l’atmosphère puisse soutenir le poids supplémentaire de la vapeur d’eau, la température de surface de la terre aurait du augmenter rapidement vers le point d’ébullition de l’eau.  La condensation de la vapeur d’eau pendant de très lourdes pluies prolongées aurait libéré d’énormes quantités de chaleur latente de condensation.

Cependant, en dépit de ces difficultés, un modeste couvert de vapeur, contenant peut-être 40 pieds d’eaux de pluies, peut avoir existé avant le déluge du Déluge.

Le Déluge

La plupart des eaux pour le grand Déluge de Noé provenaient de ce qu’on appelle les « sources du grand abîme » (Genèse 07:11).  Cette source d’eaux est mentionnée avant la pluie provenant des « écluses des cieux ».

Lors de la formation de la terre pendant les deuxième et troisième jours de la création, de grandes quantités d’eaux ont évidemment été placées entre la croûte et le manteau de la terre dans ce qu’on pourrait appeler des réservoirs souterrains géants.  Cette eau était probablement sous très haute pression pour commencer, causant ainsi une abondance de sources artésiennes et des geysers, mais, après la chute de l’homme et des anges, lorsque certains éléments atomiques lourds ont apparemment été rendus instables par la réduction des forces de liaison nucléaire, faisant en sorte que la décroissance radioactive commence, les isotopes avec une vie plus courte auraient très bien pu chauffer la sous-surface jusqu’au point de criticité où ils pouvaient à peine être contenus par la force de la croûte sus-jacente. Nous en avons déjà parlé comme une cause possible de l’explosion d’une planète où se trouve maintenant la ceinture d’astéroïdes.

Une activité volcanique intense peut avoir eu lieu à la même époque, les fontaines du grand abîme étant ainsi ouvertes et les cendres volcaniques étant projetées dans la stratosphère, la canopée de vapeur pourrait s’être effondrée en dispersant des noyaux de condensation autour desquels les gouttes de pluie se forment.

 [Par ailleurs, le compactage gravitationnel de la terre au moment de la formation de la terre n'aurait pas élevé la température intérieure à plus de 1000° C, pourtant, la température du noyau actuel de la terre étant d'environ 4300 degrés, a évidemment fondu et a été renversé dans le passé.  On croit qu'un chauffage radioactif aurait fourni l'énergie supplémentaire nécessaire.]

Le Déluge du temps de Noé était certainement un acte direct de jugement par Dieu sur un monde devenu complètement et continuellement maléfique :

« L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal.  L’Éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il fut affligé en son cœur.  Et l’Éternel dit : J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel ; Car je me repens de les avoir faits. » (Genèse 6:5-7)

Puisque Dieu est en plein contrôle de la nature, il n’y a pas « d’accident » dans l’univers de Dieu, les mécanismes exacts que le Seigneur a utilisés pour initier le Déluge ne doivent pas préoccuper notre attention.  Les modèles scientifiques pour les processus géophysiques qui ont accompagné le Déluge ont été présentés lors de trois conférences internationales sur la création à Pittsburgh ; Les procédures sont disponibles et hautement recommandées.  Le livre exceptionnel du Dr Walter Brown sur le Déluge, qui peut être trouvé sur internet, se concentre surtout sur les mécanismes possibles pour que les portes des fontaines du grand abîme s’ouvrent.

Le Déluge était-il mondial ?

La langue hébraïque a plusieurs mots pour décrire les inondations ordinaires, mais, Genèse 7-11 utilise le mot unique mabbul (qui se trouve seulement ailleurs dans le Psaume 29:10).  Quand les érudits hébreux ont traduit l’Ancien Testament en grec, ils ont choisi le mot grec kataklusmos, du verbe « inonder », à la place du mot hébreu mabbul.  Tout le langage de la Genèse, et surtout les paroles de l’Apôtre Pierre, nous donnent l’image la plus claire possible d’un désastre cataclysmique, mondial et universel duquel seulement huit êtres humains ont pu s’échapper. Avertissant au sujet des faux enseignants et des sceptiques volontaires, Pierre nous dit :

« Car, si Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais s’il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement ; S’il n’a pas épargné l’ancien monde, mais s’il a sauvé Noé, lui huitième, ce prédicateur de la justice, lorsqu’il fit venir le déluge sur un monde d’impies ; …..sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant : Où est la promesse de son avènement ?  Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création.  Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu’une terre tirée de l’eau et formée au moyen de l’eau, et que par ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau, tandis que, dans la même parole, les cieux et la terre d’à présent sont gardés et réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies. » (2 Pierre 2:4-5, 3:3-7)

Noé et ses fils (et peut-être quelques hommes de main) avaient probablement moins de 76 ans pour construire l’arche dans laquelle la famille de Noé et les animaux sélectionnés devaient se réfugier du Déluge.  Nous connaissons la taille de l’Arche à partir de Genèse 6:14-16, et de nombreux beaux livres ont été écrits dans les récentes années qui analysent la conception et la pertinence de cette énorme barge. L’Arche aurait atterri sur les Monts Ararat dans l’est de la Turquie après le Déluge.  Plusieurs incroyables expéditions de recherches ont été lancées dans notre siècle, mais, toutes ont jusqu’à présent été peu concluantes.

Il n’y avait aucun besoin de travailler pendant de nombreuses décennies à la construction d’un bateau pour échapper à une simple inondation locale ; Ils n’avaient qu’à aller jusqu’à une vallée voisine ou à une montagne des environs et ceci aurait été suffisant.  De même, une simple inondation locale n’aurait pas exigé un plan aussi élaboré pour sauver les représentants des espèces animales.

Les Écritures sont claires.  Le but du Déluge était de juger et de détruire une civilisation humaine maléfique et complètement décadente, qui comptait probablement quelques milliards d’individus, avec leurs villes et toutes leurs infrastructures.

Noé n’a pas échappé parce qu’il était irréprochable (justifié par sa foi comme nous le sommes), mais, parce que lui (et sa famille) ont répondu à la miséricorde et à la grâce de Dieu.  Un bon nombre d’autres personnes qui ont vécu entre 1655 et 2255 avant Jésus-Christ, entre Adam et Noé, ont sans doute répondu à l’évangile prêché par Adam, par Enoch, et par d’autres qui connaissaient le Seigneur.  Mais, au moment du Déluge, tout le monde « civilisé » était apparemment devenu totalement insensible à l’offre gratuite du salut de Dieu.  Noé, le fou, a continué la construction de son bateau bizarre sur la terre sèche, loin de tout océan, et dans un pays où il ne pleuvait jamais!  Il a probablement subi de constantes moqueries, le mépris et le ridicule, jusqu’à la fin.  Les amis de Noé étaient invités à trouver refuge sur l’Arche par leur foi en Dieu, mais, aucune autre personne n’a cru aux avertissements clairs de Dieu.

« Tout ce qui se mouvait sur la terre périt, tant les oiseaux que le bétail et les animaux, tout ce qui rampait sur la terre, et tous les hommes.  Tout ce qui avait respiration, souffle de vie dans ses narines, et qui était sur la terre sèche, mourut.  Tous les êtres qui étaient sur la face de la terre furent exterminés, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel ; Ils furent exterminés de la terre.  Il ne resta que Noé, et ce qui était avec lui dans l’arche.  Les eaux furent grosses sur la terre pendant cent cinquante jours. » (Genèse 7:21-24)

L’Arche a finalement atterri pendant le même jour du calendrier hébreu que Jésus-Christ serait ressuscité des morts, trois millénaires plus tard dans l’histoire, en tenant compte du changement dans le calendrier dans Exode 12.  Les cavernes souterraines du grand abîme se sont effondrées, de sorte que les eaux se sont retirées dans ce qui est maintenant nos bassins océaniques profonds.

Avec le poids énorme de toute l’eau retirée de la terre, le relèvement isostatique a permis à de grandes montagnes, coiffées de sédiments, de « flotter » sur le manteau sous-jacent sous la croûte terrestre.  (Les montagnes d’avant le déluge étaient  probablement beaucoup plus basses qu’elles le sont aujourd’hui.)  Les graines ont germé, la vie a repris, et Noé et sa famille ont quitté l’Arche pour repeupler la terre sous une nouvelle alliance avec Dieu (Genèse 8: 8-9:17).  Quatre hommes et quatre femmes, qui connaissaient et aimaient le Dieu vivant personnellement, ont commencé à repeupler la terre.  Ils ont recommencé avec seulement les maigres ressources et les animaux de l’Arche, plus la grâce généreuse de Dieu.

Après le Déluge

Après le Déluge, le climat était maintenant très différent, en supposant  l’effondrement de la canopée de vapeur.  Un âge de glace a suivi.  L’unique continent d’origine de la Terre s’est rompu et s’est écarté (une dérive des continents rapide), soit pendant le Déluge où, comme certains le croient, pendant les jours de Peleg, peut-être de 100 à 600 ans plus tard.  Les dinosaures, autrefois contemporains des hommes, se sont rapidement éteints, très probablement à cause d’une catastrophe séparée peu de temps après le Déluge.  Les tempêtes, les catastrophes naturelles et les grands changements climatiques saisonniers ont également fait leur apparition durant les années qui ont suivi le Déluge.

Tout était différent, mais, la vie a survécu, a récupéré et a proliféré.  Les grandes civilisations ont été construites à nouveau dans l’espace de seulement plusieurs centaines d’années.

Le mois prochain, notre plan est de regarder les statistiques de la population mondiale et des taux de croissance à la fois pour le monde antique et dans les dernières centaines d’années, surtout guidé par les vastes connaissances antédiluviennes accumulées par les huit survivants du Déluge avec des durées de vie de plus de 300 ans et les vastes expériences des peuples d’après le Déluge avec des longévités semblables.  Les mathématiques et des données de recensements nous amènent à une conclusion inéluctable : Notre terre a sûrement de nouveau atteint un moment critique dans le calendrier des événements de Dieu pour l’histoire du monde.  Un autre jugement grand et terrible se profile certainement juste devant nous.  Comme Dieu a fourni une Arche de Refuge dans les jours de Noé, Il nous invite également tous à trouver un abri éternel et un refuge dans une relation personnelle avec son Fils, le Seigneur Jésus-Christ.  Nous sommes invités à venir « dans » le Corps du Christ par la foi et, par conséquent, trouver le secours et la vie éternelle.

« Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme.  Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; Le déluge vint, et les fit tous périr.  Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement.  Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; Mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr.  Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra »  (Luc 17:26-30)

Et, le temps est compté ! 

par Lambert Dolphin

Source : http://www.khouse.org/articles/1997/12/

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

 

 

Source : http://pleinsfeux.org/ 

 

 


 

Retour

 

 

 

© 2017 Ministère Maranatha 77 "Jésus revient bientôt" | Page d'accueil | Nous contacter