Vidéo du jour
"Violence, haine et racisme : Il était prêt à tuer pour se venger | EMCITV | Résumé
Enseignement du jour
La confiance | Ricky Andriamparany | Résumé
Édification du jour
Ne soyez pas esclave de vos habitudes
OSWARLD CHAMBERS
Voir le Résumé
Maranatha77 en d'autres langues
Pensée du jour
Message du jour
Portes Ouvertes
Torrent d'Amour
Blog
Torrent d'amour
Amour en action
Maranatha 77 "JESUS REVIENT BIENTOT"
MESSAGE TEXTE
Retour
Le réveil de l’Epouse (1ère partie)
de CHRISTIAN PELLONE
Une des principales raisons du réveil est le sommeil de l’Eglise consécutif à l’abandon de son premier amour pour Dieu; il s’en suit une perte manifeste de la présence de Dieu.


La foi nous pousse à continuer dans le chemin du Seigneur car elle est la réponse à tous les soupirs de l’Eglise. L’espérance nous motive à communiquer les éléments éternels du Royaume. L’amour nous prépare dans la sainteté à accueillir la présence de notre Seigneur

 

1-LES RAISONS DU RÉVEIL (Jérémie 2)

Une des principales raisons du réveil est le sommeil de l’Eglise consécutif à l’abandon de son premier amour pour Dieu; il s’en suit une perte manifeste de la présence de Dieu.

Le temple est toujours là mais la gloire de Dieu ne l’habite plus: elle s’en est allée, de telle sorte que l’on pourrait dire «I Kabod»; c’est la vision qu’Ezéchiel a eu de la gloire de Dieu se retirant du temple parce que le coeur du peuple s’était éloigné de Dieu pour s’adonner à l’idolâtrie (Ezechiel 10).

Cette perte de la présence de Dieu s’installe d’une façon progressive et si insidieuse que l’on ne s’en rend compte que trop tard; elle se fait souvent en trois étapes qui sont:

- l ’abandon du premier amour

- puis l’abandon de la consécration

- et enfin la triste conséquence qui en est l’éloignement final des voies de Dieu.

L’ABANDON DU PREMIER AMOUR

«Va, et crie aux oreilles de Jérusalem: Ainsi parle l’Eternel: Je me souviens de ton amour lorsque tu étais jeune, de ton affection lorsque tu étais fiancée, quand tu me suivais au désert dans une terre inculte». Jérémie 2 :2

Dans le message de Jésus à l’Eglise d’Éphèse, nous trouvons cette mention de l’abandon du premier amour. Apocalypse 2/4: «Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour».

Lorsque nous étions «jeune dans la foi» notre amour était fervent, passionné pour le Seigneur. Tout était nouveau pour nous, car nous passions du royaume des ténèbres au royaume de son Fils Bien-Aimé (Col1/13).

Nous vivions cette affection, cet attachement profond avec le Seigneur à l’image d’une fiancée vers son futur époux. Nous le suivions au désert sans discuter, parce qu’Il était notre bien-aimé.

Une fiancée est sûre de l’amour de son futur époux envers elle et c’est pourquoi, elle lui demeure fidèle et reste confiante en sa fidélité.

Lorsque Jésus nous amène avec LUI dans le désert, dans un «endroit inculte», dans un «endroit sec», c’est pour nous faire triompher sur nous-mêmes, sur le monde et sur satan.

Jésus lui-même a été conduit au désert pour triompher (Luc 4/1,13). 

Cette victoire se trouve en notre foi. 1Jean 5/4: «car tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi».

Notre foi ne sent pas, ne voit pas, mais elle sait; elle sait que Dieu est là dans le désert et elle a confiance en sa protection absolue car Il est notre Père, mais aussi notre futur Epoux.

Un futur Epoux fidèle concrétise la promesse de son engagement, justement par des fiançailles.

Elles sont la preuve de sa fidélité et nous, nous sommes fiancés à Christ et nous savons que si nous sommes infidèles, Lui demeure fidèle. Dieu veut retrouver avec chacun de nous cette qualité du premier amour envers Lui.

L’ABANDON DE LA CONSÉCRATION

 «Israël était consacré à l’Eternel» Jérémie 2/3

Notre consécration prend racine dans la foi simple des petits enfants vis à vis de leur père. 

Cette foi simple en notre Père nous ouvre la porte de son amour

Tout le chapitre 11 de l’épître aux Hébreux nous montre des hommes et des femmes, consacrés et entièrement prêts à suivre le Seigneur là où Il voulait les conduire et cela parce qu’ils avaient gardé leur premier amour pur pour le Seigneur.

Le fils que Dieu demande à Abraham n’est pas n’importe quel fils, c’est «ton fils, ton unique, celui que tu aimes». (Genèse 22 :2). 

Et Abraham prouve par sa détermination à obéir à l’ordre de Dieu:

- la qualité de sa foi envers Dieu.

- la qualité de son amour envers Dieu.

«L’ange dit: n’avance pas ta main sur l’enfant, et ne lui fais rien; car je sais maintenant que tu crains Dieu, et que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique». Genèse 22/12:

La communication, la relation, la communion d’amour entre Abraham et Dieu était telle qu’Abraham n’hésitait pas à offrir à Dieu ce qu’il avait de plus cher au monde.

Mais le coeur d’Abraham n’est en cela qu’une image préfigurant pour nous le coeur de Dieu.

Car Dieu par amour pour nous, Lui aussi nous a offert son Fils, Dieu lui-même incarné en chair, Jésus-Christ, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs.

Mais l’offrande de Dieu va beaucoup plus loin, car l’holocauste de Jésus n’a pas été arrêté par l’ange de l’Eternel (Gen 22/11), mais il a été complet et accompli:

Jésus-Christ est mort à la Croix du calvaire par amour pour nous.

 «Car il est mort, et c’est pour le péché qu’Il est mort, une fois pour toutes; il est revenu à la vie et c’est pour Dieu qu’Il vit». Romains 6/10:

Cette qualité d’amour du cœur de Dieu pour nous s’exprime magnifiquement en Jean 3/16: «Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en LUI ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle».

C’est parce que Jésus-Christ, Fils de Dieu (Bèn Elhoiym =issu du Père) est aussi Dieu le Fils qu’il n’y a pas d’holocauste plus grand dans l’univers que celui de Jésus.

Jésus, Fils de Dieu, meurt à la Croix dans une dimension de foi, Luc 15/34: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?» et dans une dimension d’amour, Luc 23/34: «Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font».

 

La foi d’Abraham est éprouvée (Gen 22/1) avec le don de son fils Isaac. 

La foi de Dieu est parfaite, achevée, accomplie avec le don de Jésus

Jean 19/30: «Tout est accompli».

L’amour d’Abraham offre son fils unique Isaac, Gen 22/10: «Puis Abraham étendit la main, et prit le couteau, pour égorger son fils».

L’amour de Dieu est le don parfait et volontaire de Jésus.

«   existant en forme de Dieu, il n’a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et il a paru comme un vrai homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la Croix»  Philippiens 2/6,8

Notre amour pour Dieu offre ce que nous avons de plus précieux, mais il devient don de nous-mêmes en Jésus. 

Ainsi, notre consécration se réalise en Jésus car «nous sommes sanctifiés par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes» (Hébreux 10/10). «Car par une seule offrande, il a amené à la perfection, pour toujours ceux qui sont sanctifiés» (Hébreux 10/14).

Ainsi notre consécration est éternelle en Jésus si nous nous offrons volontairement à Lui: «Celui qui conservera sa vie la perdra et celui qui perdra sa vie à cause de moi la retrouvera» (Mat 11/39).

L’ÉLOIGNEMENT DES VOIES DE DIEU

«Ainsi parle l’Eternel: Quelle iniquité vos pères ont-ils trouvée en moi, pour s’éloigner de moi, et pour aller après des choses de néant et n’être eux-mêmes que néant? Ils n’ont pas dit: Où est l’Eternel, qui nous a fait monter du pays d’Egypte, qui nous a conduit dans le désert, dans une terre aride et pleine de fosses, dans une terre où règnent la sècheresse et l’ombre de la mort, dans une terre où personne ne passe, et où n’habite aucun homme? Je vous ai fait venir dans un pays semblable à un verger, pour que vous en mangiez les fruits et les meilleures productions; mais vous êtes venus et vous avez souillé mon pays, et vous avez fait de mon héritage une abomination». Jérémie 2/5,7

À ce stade, la miséricorde et la compassion de notre Dieu se révèlent à son peuple en ce que c’est souvent en ce lieu du désert de l’éloignement qu’Il va réveiller le cœur de son peuple pour le faire revenir à Lui. 

«Je la châtierai pour les jours où elle encensait les Baals, où elle se parait de ses anneaux et de ses colliers, allait vers ses amants, et m’oubliait, dit l’Eternel. C’est pourquoi voici, je veux l’attirer au désert, et je parlerai à son cœur.». Osée 2/15,16

 

Le désert est une terre de préparation au réveil. Les choses de néant sont les voies de l’Egypte, du monde. Nous oublions que Dieu nous a retiré du pays d’Egypte, du monde pour nous introduire dans son Royaume: un pays où coulent le lait et le miel. 

 

Dans le désert de Dieu nous trouvons: 

Une terre aride et pleine de fosses. Lorsque Dieu ne fait plus sentir sa présence dans notre vie, nous découvrons notre vie vide de sens, pleine de manquements, de faiblesses. 

Notre vie n’est plus comblée et notre cœur devient crevassé par les fosses de la souffrance. 

Une terre où règnent la sècheresse et l’ombre de la mort. Lorsque Dieu retient sa bénédiction, nous découvrons que sa pluie bienfaisante est indispensable pour notre être entier, corps, âme et esprit. 

Sans la bénédiction de Dieu, nous sommes secs et ne pouvons rien donner aux autres, devenant comme mort spirituellement. 

Une terre par où personne ne passe et où n’habite aucun homme.

Lorsque Dieu nous isole momentanément, même de nos frères et soeurs, c’est pour purifier nos relations et construire de vraies connections dans le Corps de Christ.

Le désert de Dieu dans nos vies n’est qu’un lieu de passage, où n’habite aucun homme, nécessaire pour vaincre dans les 3 dimensions de notre être. 

Mais au bout, il y a le verger de Dieu rempli d’arbres, d’arbres de vie, de fertilité. 

Les fruits du verger de Dieu proviennent du fruit de l’Esprit: « l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi » (Galates 5/22).

Logiquement au bout du désert nous devrions rencontrer les oasis disposés par Dieu dans sa bienveillance: les sources d’eaux vives qui restaurent et font entrer dans le repos de Dieu; c’est ce qui est arrivé dans le désert de Schur après que le peuple d’Israël ait quitté Mara (Ex 15); il est dit au verset 27: «Ils arrivèrent à Elim, où il y avait douze sources d’eau et soixante-dix palmiers».

 

L’eau représente ici la vie de Dieu qui coule à nouveau après la sécheresse du désert, et les palmiers représentent le repos que nous trouvons à ce moment là en Dieu et dans l’accomplissement de ses oeuvres préparées d’avance pour nous. 

 

Les meilleures productions sont devant nous, juste après le désert. 

Luc 4/18,19 + Es 61/1,3: «L’Esprit du Seigneur est sur moi parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le coeur brisé, pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur».

 

Luc 7/22: «Allez rapportez à Jean ce que vous avez vu et entendu: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres». 

 

Mais nous avons souillé le pays et nous avons fait de son héritage une abomination.

Lorsque nous refusons le désert de Dieu, notre moi ne peut être brisé.

La vie de l’Esprit ne peut couler en nous et les oeuvres de la chair se développent: «la débauche, l’impureté, le dérèglement, l’idolâtrie, la magie, les rivalités, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables» (Galates 5/19,21). 

 

Lorsque nous acceptons le désert de Dieu, notre chair est crucifiée et la vie de l’Esprit coule; nous goûtons aux fruits, nous vivons le fruit de l’Esprit.

Ce qui vient souiller le pays que Dieu nous a donné, ce sont des fruits de nature étrangère qui diffèrent complètement des fruits du verger de Dieu. 

Et nous croyons servir Dieu avec nos raisonnements, nos pensées, nos directions, nos techniques, nos structures, nos religions, nos désirs, notre pouvoir, notre argent, nos capacités, ...etc. 

En fait nous nourrissons nos vies d’illusions et nous introduisons des impuretés dans l’œuvre de Dieu.

Que produisons-nous alors? 

Des «productions Egyptiennes» dont la base se trouve dans l’esprit du monde et dont les fruits ont une apparence de sainteté mais sont des fruits charnels. 

 

L’héritage des enfants du Seigneur c’est le Royaume de Dieu, là où il y a la consolation, la libération, la guérison, tous les ingrédients qui sont issus de l’amour.

« L’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu » Romains 8/7,8

«Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle» Galates 6/8:

Les éléments de base de la loi royale d’amour (Jac 2/8) du Royaume de Dieu sont contenus dans les béatitudes (Mat 5/3,12). 

1. Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux est à eux!. Déclaration qui s’oppose à notre raisonnement ;

2. Heureux les affligés, car ils seront consolés. Consolation des souffrances

3. Heureux les humbles de cœur car ils hériteront la terre! Déclaration qui fait bondir les orgueilleux.

4. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés! Complétude de ceux qui attendent la justice de Dieu.

5. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde!

6. Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu! C’est pourquoi nous devons être comme des petits enfants.

7. Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu!

8. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le Royaume des cieux est à eux! Le Royaume est pour ceux qui sont rejetés.

9. Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

Lorsque l’Eglise commence à vivre concrètement ce qu’elle prêche, elle est vraie, devient prophétique et de fait est persécutée.


Retour

 

 

 

© 2020 Ministère Maranatha 77 "Jésus revient bientôt" | Page d'accueil | Nous contacter